L’exercice va consister en ceci: sans recopier les sujets (on trouvera sur internet les énoncés exacts), fournir assez d’indications pour en cerner les aspects techniques et commenter succinctement, survoler, en cours de route ou in fine, leur sens et leur portée.

 

AVT_Laurent-Gaude_4143[1]   Le français ouvrait le bal. Peu à dire. Un texte de Laurent Gaudé, extrait du Soleil des Scorta, Goncourt 2004 et roman magnifique.

Pas de difficulté dans le morceau choisi. On a judicieusement épargné aux candidats la question jusqu’alors traditionnelle, et assez généralement contestable, sur les figures de style . Par contre, il me semble inexplicable que sur la brève phrase: "Nous dansions et nous criions", on ait laissé passer le questionnement suivant: Identifiez les deux temps utilisés et justifiez l’emploi de chacun. De qui se moque-t-on? C’est un vrai piège à gamins un tel libellé. Il y a donc ici, selon les concepteurs du sujet, deux temps employés, à savoir sans doute un imparfait de l’indicatif et un imparfait de l’indicatif. Ben voyons! Et dans le premier cas, il s’agit certainement d’indiquer une action passée qui se prolonge dans le temps évoqué du récit, tandis que dans le second cas, il s’agit probablement d’évoquer une action passée qui se prolonge dans le temps évoqué du récit. Nuance! Elémentaire, mon cher Watson!

Qui a signé le bon à tirer? On veut des noms!

nimbus10[1]  En mathématiques, l’après-midi, on proposait sept exercices, indépendants.

Dans le premier, l’aire d’un carré mobile inscrit dans un carré fixe était prétexte à des lectures élémentaires, sans justification demandée, à propos de la courbe représentative de la fonction (non explicitée) : y=2x2-8x+16.

Dans le deuxième, la lecture-compréhension-utilisation élémentaire d’un tableur était demandée, avec reconnaissance du système de "recopie intelligente" d’une formule saisie dans une cellule vers une cellule limitrophe.

Dans le troisième, on manipulait une trentaine de données via une familiarité supposée avec les notions d’effectif, de moyenne, d’étendue et de médiane d’une série statistique.

Utilisation de figures codées dans le quatrième exercice qui mobilisait des connaissances de base sur le triangle rectangle et attendait une lecture de bon sens d’un pentagone régulier.

Le cinquième exercice proposait l’analyse économique d’un transport de parpaings dans une camionnette de location. Toutes données nécessaires fournies, il fallait déterminer le nombre de voyages nécessaires, le coût de l’opération et , subsidiairement, si le loueur pratiquait la proportionnalité dans la relation kilométrage parcouru / prix demandé.

Sixième exercice: sous prétexte de stockage de sel, mise en œuvre de quelques connaissances sur le cône de révolution et le théorème de Thalès, outre la résolution d’une inéquation simple du premier degré.

Septième et dernier travail demandé, le contrôle de véracité de trois affirmations, ce qui supposait une pratique de base du calcul fractionnaire, des pourcentages, et la connaissance d’une identité remarquable (a2-b2=(a+b)(a-b))

Tout ça n’allait pas loin. Pour un élève appliqué et sérieux au long de l’année, sans génie particulier, c’était une épreuve facile, dépourvue de piège et qui ne gardait des mathématiques que leur qualité d’outil commode dans des situations du quotidien d’aujourd’hui. Cela pouvait être considéré comme globalement assez amusant.

Mais j’ai parlé d’élève appliqué et sérieux ……

JulesMichelet[1]     Histoire enfin (et Géographie et ECJS) le lendemain matin. De tout, un peu. Quelques repères chronologiques attendus (52 av.J.C. = Alésia / 1492 = Christophe Colomb et l’Amérique / 1661-1715 = le règne de Louis XIV). Pourquoi pas? Mais enfin, assez gratuit.

On demande ensuite la présentation en quelques lignes contextualisées (Guerre froide) de la Guerre de Corée ou de l’affaire des Missiles de Cuba. Bon. Peut-être un peu ambitieux, abruptement posé.

On fournit aux candidats un passage d’une intervention télévisée de Pierre Bérégovoy en janvier 1982 (question: qui est alors Président de la République?) qui permet de prendre acte du niveau de langue relativement "relâché" de celui qui est à cette date secrétaire général de l‘Elysée. Bérégovoy présente le progrès qu’est selon lui le passage aux 39 heures (question: Citer une autre loi importante votée au cours du même septennat - On attend peut-être surtout l‘abolition de la peine de mort) , évoque la situation de crise économique, se réfère à 1936 (question: De quel gouvernement parle-t-il? Et on attend le Front Populaire) .

On demande aux candidats de se prononcer sur l’objectivité de P.Bérégovoy. La question est un peu curieuse, tant la réponse s’impose, sauf à considérer qu’une bonne proportion d’élèves ne connait pas le mot …

En Géographie, il va s’agir de lire et de "légender" un fond de carte. La France et les pays limitrophes à l’Est. Il faut localiser les Alpes (d’où le débordement oriental), la région Languedoc-Roussillon, l’aire urbaine de Bordeaux et pointer "une ville siège d’une institution européenne" (donc, Strasbourg). Subsidiairement, une définition des notions de "conflit d’usage", d' "espace productif" est demandée, ainsi qu’une argumentation de soutien à l’affirmation de la puissance "limitée" de l’Union européenne.

On reste sur l’Europe des 27 via un document statistique mettant en regard le revenu national brut par habitant en 2011 des différents pays et le taux de mortalité avant l’âge de cinq ans en 2009 (on peut s’interroger sur l’intérêt de relevés non chronologiquement corrélés). Interprétation d’une case du document à fournir (simple lecture), et moyennant trois données annexes, une question sur la situation de l’UE par rapport au reste du monde.

Surtout, on attend des candidats que, sur des critères à expliciter de leur choix, ils reclassent les 27 en trois catégories distinctes. La pertinence de cette question trop ouverte ne m’a pas entièrement convaincu. La réaction des élèves peut néanmoins être un élément d’information sur leur autonomie.

ECJS enfin. Deux questions ponctuelles et l’analyse d’une capture d’écran (débat Sarkozy-Hollande sous la houlette de David Pujadas et Laurence Ferrari, en 2012). Les questions: citer "un acteur de la coopération internationale" en indiquant une action menée (on peut supposer qu’il y aura eu beaucoup d’ONU et de casques bleus) / et / dans quel texte officiel trouve-t-on affirmé que "la République française est sociale"? Ceci m’a semblé un peu biaisé. La réponse est assurément: la Constitution, mais la formulation de l’article premier me semble mettre le questionnement, restrictif, en porte-à-faux : "Art. 1er - La France est une République indivisible, démocratique et sociale". Il fallait fournir une illustration. Sans doute le caractère redistributif des impôts, ou alors un couplet sur la "sécu" ?

Pour la capture d’écran, il fallait reconnaître le lieu (TF1; indiqué en présentation), le décor de fond (l’Elysée), "légender" fonctionnellement et non nominativement (les candidats, les animateurs, le temps de parole utilisé …) et déborder un peu en situant le rôle des médias dans la vie démocratique.

Il y a une réelle volonté de contemporanéité dans tout cela (déjà notable en mathématiques). On est beaucoup dans une esquisse de culture journalistique, ce qui n’est pas nécessairement critiquable. Reste que par référence au programme et à ce que j’ai pu suivre de la 3ième de mon petit-fils, on tapait, m’a-t-il semblé, dans des zones qui n’avaient peut-être pas été fouillées.

Je me pose toujours la même question: le DNB (Diplôme national du Brevet) me semble valablement devoir représenter une sorte de photographie du bagage de culture générale / citoyenne d’une fin de scolarité obligatoire. Des acquis "pour la vie" (?). A entretenir, quand même .. Dans la population active et au débotté, quel serait le pourcentage de copies honorables?

Globalement, j’ai en tout cas retiré une impression positive de la tentative de couverture d’un champ généraliste cohérent de réflexion et de compétences manifestée par ces épreuves. Mais il faudrait analyser les copies rendues … ce dont les résultats attendus le 11 juillet prochain ne rendront pas compte.