AutreMonde

30 juin 2018

CINQ SEMAINES SANS RIEN ?

Ben ... oui

Pris par trop de choses ... comme tout le monde.

Les fins d'année scolaire mobilisent même les retraités, quand il s'agit de suivre d'un peu près les épreuves du Bac et du Brevet. Une pétition a essayé de circuler concernant les soi-disant difficultés de l'épreuve de mathématiques en S. C'est un vrai marronnier, ça et ça laisse chaque fois rêveur. Il n'y avait il me semble rien qui ne relève de l'application directe du cours là-dedans. Avec même des coups de pouce aux candidats dont on aurait pu se passer. On devrait être en terminale S pour réfléchir... Les exercices m'ont paru un peu ennuyeux.

Les épreuves du Brevet sont toujours amusantes à examiner car on y lit l'absolue volonté d'amener tous les candidats aux environs de la moyenne, en posant le nombre suffisant de pseudo-questions pour que les points viennent tout seuls. Archétypique, dans l'épreuve d'Histoire, on propose aux candidats un document  ainsi présenté :

"Document : Témoignage de Jean-Jacques Auduc, né le 9 juillet 1931, près du Mans."

Suit une première question :  Présentez l’auteur de ce témoignage. (2 points)

Comment ne pas récupérer ces deux points-là? Passons.

Vu quelques films.  Quatre exactement, inégaux. "Une certaine rencontre" (Steve Mc Queen et Natalie Wood). Gentil divertissement daté. "Trois visages" (Jafar Panahi), très attachant, très bien, et "La mauvaise réputation" (film germano-suédo-norvégien à tendance pakistanaise), impressionnant. Enfin, last et certainement least, "Bécassine", qu'on peut avantageusement éviter. 

Un peu lu. Stephen Hawkins, "Une brève histoire du temps", qui ne m'a rien apporté et m'a ennuyé. Charles Pépin, "La joie", petit bouquin qui m'a distrait et dont j'ai absolument tout oublié déjà. Quelque chose que Camus (La Chute, L'étranger) a dû vaguement inspirer. Mais c'est vraiment vague, une impression. Un truc gentil, pour un voyage en train. Je ne l'ai lu que parce que dans les MK2 du quartier Saint-Michel/Saint-Germain, on nous impose systématiquement de la publicité pour les conférences-Philo que Charles Pépin donne les lundis soir. Après les Lundis de Sainte-Beuve, les Lundis-philo de Pépin ... Il faudra bien que je me décide à aller l'écouter au moins une fois. Il m'en coûtera 10€.  Mais il suspend son effort pendant les congés scolaires. Logique de prof. 

Sinon, sur les conseils d'un ami enthousiaste, j'ai tâté de trois essais d'Antonio R. Damasio. Les titres sont attractifs : L'erreur de Descartes, Spinoza avait raison, Le sentiment même de soi. Je n'ai pu aller au bout d'aucun. Une véritable arnaque. Des pages filandreuses sur des pathologies neurologiques, centrées sur la description de zones cervicales simultanément réactives au gré des situations décrites. Très déconseillé.

J'ai voulu (re)lire Les grands cimetières sous la lune, Bernanos. Je suis dedans. Je peine. Le point de départ a été la lecture de Lydie Salvayre, son Goncourt 2014, Pas pleurer, qui ne m'a pas emballé mais où Bernanos et ce livre sont omniprésents. J'ai voulu aller (re)voir. Je ne sais pas en fait si, jeune, je l'ai lu. Cela me semble terriblement daté comme style. Sur le fond, je suis contraint à d'incessantes mises au point historico-politiques sur l'Espagne des années 1936 et suivantes. C'est plutôt sain, mais je me lasse un peu. On verra.

Là, je viens de terminer Gary-Ajar, La vie devant soi. Très décevant. C'est un fabuleux canular mais je n'y ai pas cru une seconde. Je me souviens assez bien de la polémique de 1975, avec ce Goncourt attribué à un quasi inconnu. On n'a eu le fin mot de l'histoire qu'après le suicide de Romain Gary en 1981. Je crois, à la lecture, que Gary s'est bien amusé, à la fois en essayant de faire du faux Céline, et en se moquant, à travers des procédés dont il savait qu'ils allaient emporter l'adhésion du lecteur, du manque de finesse dans le jugement de la critique. Dans l'édition Folio (à 2€!) du texte intégral que j'ai utilisée, texte qui est complété par un apparat de commentaires destiné aux élèves des lycées, j'ai relevé un jugement  qui va assez dans le sens de ce que j'ai ressenti comme lecteur : [l'auteur] ne parvient pas à effacer les traces de la fabrication. Son petit garçon, trop malin pour être honnête, parle faux [...] Truquages, approximations et broderies ne seraient pas gênants , du reste, si on ne les maniait pas aux dépens de la plus profonde détresse humaine, ravalée au niveau du folklore. A chaque page, on entend le "Tu viens chéri?" susurré à l'entrée des hôtels de passe, et qui se trouve érigé en système d'écriture. On racole ainsi le lecteur pour l'emmener voir, en flattant son populisme, la seule chose au monde qui soit vraiment obscène : la misère résignée. Voilà qui rassurera les nantis. Pensez, quelle commode découverte! Les pauvres ne sont pas dangereux, ils sont drôles. Et tous les mêmes, au fond, car Arabes, Juifs ou Nègres, de n'être pas français leur donne, à la fin, la même nationalité. [Alexandre Sorel - L'Express - Décembre 1975]

Et puis je suis en train de traduire True Grit, de Charles Portis. Il y a eu deux adaptations cinématographiques de ce western, publié en 1968. La version de 1969 d'Henri Hathaway, avec John Wayne (il a eu en 1970 l'Oscar et le Golden Globe du meilleur acteur pour ce rôle), et la réinterprétation en 2011 des frères Coen, avec Jeff Bridges, qui m'a paru inférieure lors de sa sortie, en dépit des dithyrambes de la critique. Mais il faut que je reprenne ça. En fait, le livre a déjà été traduit, mais on préfère toujours ce qu'on fait à ce que font les autres. Donc, j'y suis. Et j'attends d'en être sorti pour comparer avec la traduction de John Doucette. Je me demande d'ailleurs d'où sort ce John Doucette-là, répertorié comme acteur américain de deuxième catégorie quand on balaie le Net, et qu'il m'étonnerait de retrouver dans ce rôle de traducteur. Homonymie? Non, en seconde approche, il y a bien dans les références de la BNF un John Doucette français et traducteur de True Grit qui a, pour des raisons qui le regardent, caché sous ce pseudonyme, sa véritable identité. 

A suivre ....

                               John Wayne         Jeff Bridges

Posté par Sejan à 21:59 - Commentaires [1] - Permalien [#]


20 mai 2018

ORTHOGRAPHE ET HUMEUR

Devoirs Faits

Un test, lundi dernier …. Le contexte : un collège parisien ''moyen''. Une dizaine d'élèves bénéficient (?) des ''Devoirs faits'' de JM Blanquer. Volontaires en réalité désignés par leurs parents (ou peut-être un professeur), ils viennent souvent ''à reculons'' et il n'est pas évident d'obtenir leur ardeur ''apprenante''. Un petit groupe de quatre révise une leçon de chimie en sixième. Un de leurs cahiers sert de référence.

Coup d’œil d'ensemble : il est bien tenu, des fiches polycopiées de cours y sont soigneusement collées, l'écriture est lisible.

Puis, observation d'environ 25 lignes non continues d'énoncés dictés et de commentaires de schémas.

On risque une remarque sur l'orthographe.

Réponse du propriétaire du cahier: "C'est pas grave…"

Relevé                                            >>>                                          Attendu

a                                                                                                      à

se mélanges                                                                                    se mélangent

si on laissé                                                                                      si on laissait

il dessent                                                                                         il descend

il es                                                                                                  il est

shéma                                                                                              schéma

prope                                                                                               propre

représanté                                                                                        représenté

cristalisoir                                                                                        cristallisoir

eau pétiente                                                                                     eau pétillante

on mais                                                                                            on met

entonoire                                                                                          entonnoir

filte                                                                                                   filtre

disout                                                                                                dissout

 Dès qu'on travaille à côté d'un élève et avec son cahier, on est confronté à ce type de problème. Avec une difficulté annexe : convaincre l'élève en question qu'il faut en profiter pour faire les corrections nécessaires n'est pas gagné. L'argument opposé est le plus souvent celui-ci : Mais c'est pas grave, on comprend quand même

Le "C'est pas grave" est de fait également l'argument massue opposé aussi bien aux remarques sur la méconnaissance des tables de multiplication que relatives aux taches d'encre ou aux barbouillis divers et croquis inopportuns qui signent dans les marges le niveau d'attention de "l'apprenant" (sic) et son souci de sa … tâche!

Plus rien n'est-il donc grave et tout est-il désormais relatif?

Je suis monté sur l'estrade pour la première fois à la rentrée 1966. Il y avait évidemment des difficultés pédagogiques et la question ne relève pas d'un ratiocinant "C'était mieux avant", mais bien plutôt de ce constat attristant que nous n'avons pas su renouveler en 1968 - et je n'ai cessé depuis de le déplorer - le dialogue professeur-élèves (il était nécessaire de l'actualiser) dans le sens d'une meilleure transmission à tous des éléments de base de la maîtrise de la langue française et des procédés de calcul, de la valeur du travail bien fait, dans le sens de l'ouverture à la tolérance par l'intelligence, dans le sens du respect de soi par le respect des autres et de l'intérêt général, etc.

Beaucoup de choses ne cessent d'être, depuis des années, à repenser. C'est à la fois à la portée de chacun et semble-t-il … hors de portée du système. Chaque enseignant voit les affaissements, s'en plaint avec ses collègues en salle des professeurs, et continue. Mais au-delà de sa responsabilité, je crois beaucoup que c'est celle des chefs d'établissement qui est engagée. Ils devraient être le moteur résolu du ressaisissement, convaincre et entraîner leurs équipes vers la définition et l'application d'une politique locale, une politique d'établissement, dans le domaine de la transmission des valeurs et des connaissances qui rende homogène et efficace le geste enseignant, convergents et réalistes leurs gestes enseignants individuels. Je ne le sens pas.

Les ministres, de leur côté, se succèdent sans comprendre le problème, et donc sans travailler à sa solution, et JM Blanquer n'échappe pas à la règle. Comme ses prédécesseurs, il se répand en propos divers, évoque l'importance de la lecture et du calcul mental, pointe les dangers du portable et des écrans en général, commande des rapports (Villani pour les mathématiques, Mathiot pour le baccalauréat), et en fin de compte, ne résout et ne résoudra rien.

En fin de semaine dernière, l'interdiction des portables à la rentrée 2018 était à l'ordre du jour. Il est absurde de porter cela au niveau national. C'est l'affaire du règlement intérieur de chaque établissement, c'est une affaire de politique d'établissement.

D'autant que le ministre fait rire – sur France-inter, vendredi matin - avec l'évocation dérogatoire d'un usage pédagogique du smartphone, qui lèverait ponctuellement l'interdiction. Ce sont des pitreries.

JM Blanquer était là pour faire la promotion de son livre : Construisons ensemble l'Ecole de la confiance, qui vient de paraître chez Odile Jacob.

Nicolas Demorand, qui l'interrogeait vers 8.30, a souligné qu'après lecture, il avait du mal à voir se dégager de l'ouvrage une philosophie d'ensemble, un dessein clair. J'essaierai de feuilleter le livre, mais c'est assez mon a priori.

J'aurais aimé par ailleurs que le même Demorand pose au ministre une question subsidiaire : La vente de cet ouvrage est-elle productrice de droits d'auteur ? Ecrit par le ministre en exercice pour défendre son action et, il l'a dit, pour aider les enseignants et les parents d'élèves, ce livre n'est qu'une facette du travail ministériel pour lequel JM Blanquer reçoit un traitement. Il n'est donc pas déontologiquement envisageable qu'il touche des royalties. L'affaire serait différente s'il écrivait, sur son temps de loisir, un polar ou un récit de voyage. Mais là, il décide de donner un éclairage supplémentaire à sa tâche, sans doute pour en accroître l'efficacité. Il est dans son rôle, et on peut le féliciter de redoubler de zèle, mais il n'a pas en tirer un quelconque avantage pécuniaire.

Je m'emballe, sans doute.

Les droits d'auteur seront, bien entendu, versés au budget du ministère ...

                         

JM Blanquer, aujourd'hui

                        

 

Posté par Sejan à 22:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 avril 2018

LA MONTAGNE MAGIQUE - Thomas MANN

Thomas Mann

Résumé Wikipédia :

Le livre, dont l’intrigue se déroule au tout début du XX° siècle, relate l’expérience singulière de Hans Castorp, jeune ingénieur originaire de Hambourg venu rendre visite à son cousin Joachim Ziemssen, en cure à la station alpine de Davos, au sanatorium Berghof. Le héros, fasciné par le microcosme des ''gens d’en haut'' et bercé par leur rythme de vie, finit par contracter une pathologie atypique, bénigne mais résistant aux traitements, et s'installe là dans la durée.

Son séjour lui donne l’occasion de découvrir une galerie de personnages incarnant chacun une facette de l’époque : l’Italien Settembrini,franc-maçon, avocat de la Raison et du Progrès; le mystique jésuite Naphta, contempteur implacable de la société bourgeoise ; l'hédoniste Pepperkorn et son ensorcelante compagne Clawdia Chauchat, personnification de la volupté qui lui rappelle un camarade de lycée (Pribislav Hippe), le docteur Krokovski, adepte de la psychanalyse.

Ébranlé et transformé par ce faisceau d’influences, Hans Castorp, dont le séjour ne devait initialement durer que trois semaines, ne redescendra de la ''Montagne magique'' que sept ans plus tard (après avoir vu mourir nombre de ses amis, à commencer par son cousin) pour plonger avec violence dans la Première Guerre Mondiale (l'histoire s'achève ainsi, l'auteur laissant son personnage en plein combat).

* *

                          Désespérément appauvrissant – mais peut-on faire autrement? - ce résumé de la notice Wikipédia n'en donne pas moins l'essentiel de la ligne proprement narrative du roman. Mais les objectifs sont ailleurs ...

Un millier de pages. J'ai dû m'accrocher, assez profondément lassé par la mise en place lente, immobile presque, isostatique, d'un déroulé dont on devine très vite qu'il va opter pour le piétinement. Il m'a fallu trois cents pages pour parvenir à mémoriser le nom du héros, Hans Castorp. Thomas Mann s'adresse à nous directement, nous prévenant qu'il ne peut pas tout nous dire, affirmant que son personnage central est un type assez simple, dont il ne faut pas trop attendre, dessinant par petites touches, parfois amusantes, le microcosme dans lequel il va nous engluer avec son héros pour sept longues années. Les échanges entre Settembrini et Naphta sont prétextes à de très longs développements théoriques sur des sujets qui intéressent l'auteur et touchent à la philosophie de l'existence et au fonctionnement de la société comme aux idéologies qui la traversent. Il n'est pas rare qu'on ait envie de regarder par la fenêtre. Bref, on s'ennuie beaucoup.

Mais voilà, Thomas Mann, prix Nobel 1929 de Littérature, et ce bouquin, réputé chef d’œuvre … Il fallait bien, un jour ou l'autre, y aller. Il y a heureusement Clawdia Chauchat, et l'amour romantique, mal assumé, étrange et malheureux d'Hans Castorp pour elle fournit au lecteur quelques moments plus mobilisateurs. Et puis, l'un dans l'autre – et ceci sans rapport grivois avec la relation précédente – on finit par s'attacher au pensum. Certains passages retiennent malgré tout, et même, Thomas Mann, compréhensif, se décide parfois à nous donner une clé de lecture de nature à mieux justifier nos patients efforts.

Ainsi de ces lignes sur la question du temps :

Peut-on raconter le temps en lui-même, comme tel et en soi? Non, en vérité, ce serait une folle entreprise. Un récit où il serait dit: ''Le temps passait, il s'écoulait, le temps suivait son cours'' et ainsi de suite, jamais un homme sain d'esprit ne le tiendrait pour une narration. Ce serait à peu près comme si l'on avait l'idée stupide de tenir pendant une heure une seule et même note, ou un seul accord, et si l'on voulait faire passer cela pour de la musique. Car la narration ressemble à la musique en ce qu'elle ''accomplit'' le temps, qu'elle ''l'emplit convenablement'', qu'elle le ''divise'', qu'elle fait en sorte ''qu'il s'y passe quelque chose'' – pour citer, avec la piété mélancolique que l'on voue aux paroles de défunts, des expressions familières à feu Joachim, des paroles qui ont retenti il y a fort longtemps – et nous ne sommes pas certains que le lecteur se rende clairement compte depuis combien de temps. Le temps est l'élément de la narration comme il est l'élément de la vie: il y est indissolublement lié, comme aux corps dans l'espace. Le temps est aussi l'élément de la musique, laquelle mesure et divise le temps, le rend à la fois précieux et divertissant, en quoi, comme il a été dit, elle s'apparente à la narration, qui, elle aussi, (et d'une tout autre façon que la présence immédiate et éclatante de l’œuvre plastique, qui n'est liée au temps qu'en tant que corps), n'est qu'une succession, est incapable de se présenter autrement que comme un déroulement, et a besoin de recourir au temps, même si elle essayait d'être tout entière en un instant donné. (...)

Et la dissertation continue sur deux pages pour avouer in fine:

C'est un fait que nous ne venons de soulever la question de savoir s'il est possible de raconter le temps, que pour avouer que c'était bien là notre dessein dans l'histoire en cours.

Il y a sur ce thème tout un court chapitre, intitulé Promenade sur la grève, aux réflexions, aux développements réellement passionnants.

Ici ou là, on a des étonnements, comme devant cette défense et illustration indirecte de l'abattage rituel, développée à propos de Léon Naphta:

Lorsque Léon, ou Leib comme on l'avait appelé dans son enfance, avait vu son père remplir ses fonctions rituelles, avec le secours d'un formidable aide, jeune homme de type juif, mais véritable athlète à côté duquel le frêle Elie, avec sa barbe blonde, paraissait encore plus fragile et délicat, lorsqu'il l'avait vu brandir contre l'animal ligoté et bâillonné, mais non pas étourdi, son grand coutelas consacré, et lui porter une entaille profonde dans la région de la vertèbre cervicale, tandis que l'aide recueillait le sang fumant qui jaillissait en des écuelles aussitôt pleines, le jeune garçon avait considéré ce spectacle de ce regard d'enfant qui par-delà les apparences sensibles pénètre jusqu'à l'essentiel, d'un regard qui était bien celui du fils d'Elie aux yeux étoilés. Il savait que les bouchers chrétiens étaient tenus d'étourdir leurs bêtes d'un coup de massue ou de hache avant de les tuer, et que cette prescription leur avait été faite afin d'éviter aux animaux un traitement trop cruel; tandis que son père, bien qu'il fut tellement plus délicat et plus sage que ces rustauds, bien qu'il eut des yeux étoilés comme aucun d'entre eux, agissait selon la loi, en portant à la créature non étourdie le coup qui l'égorgeait, et en la laissant perdre son sang jusqu'à ce qu'elle s'écroulât. Le jeune Leib avait le sentiment que la méthode de ces lourdauds de goyim était déterminée par une sorte de bonté nonchalante et profane qui ne rendait pas à cet acte sacré un honneur égal à celui dont témoignait la cruauté solennelle dont usait son père, et l'idée de piété s'était liée chez lui à celle de cruauté, de même que, dans son imagination, l'aspect et l'odeur du sang qui jaillissait étaient liés à l'idée de ce qui est sacré. Car il voyait bien que son père n'avait pas choisi ce métier sanglant par le même goût brutal qui y avait incliné de jeunes et vigoureux chrétiens, voire son propre aide juif, mais pour des raisons spirituelles – malgré sa fragilité physique, et en quelque sorte, dans le sens de ses yeux étoilés.

des étonnements un peu écœurés, pour tout dire. Ces abattements rituels rejoignent l'ignominie des courses de taureaux, avec d'ailleurs au fond, chez les tenants de la chose, des justifications qu'on peut prétendre apparentées et qui sont obscènes.

Publié en 1924, on sursaute à lire un couplet sur ou plutôt contre l'école que signeraient tel quel à deux mains nos étudiants agités bloqueurs d'université d'aujourd'hui, un couplet mis dans la bouche de Léon Naphta qui prend... :

le temps de se livrer à de nouvelles incursions contre l'idéal de la culture classique, contre l'esprit littéraire et rhétorique de l'école et de la pédagogie européenne, contre son souci d'un formalisme grammatical qui n'était qu'un accessoire de la domination de la classe bourgeoise, mais qui était depuis longtemps pour le peuple un objet de risée. Oui, l'on ne se doutait pas à quel point le peuple se moquait de nos titres de docteur et de tout notre mandarinat universitaire et de l'école primaire obligatoire, de cet instrument de la dictature bourgeoise des classes, dont on usait dans l'illusion que l'instruction du peuple était la culture scientifique délayée. Le peuple savait depuis longtemps où chercher , ailleurs que dans ces pénitenciers officiels, la culture et l'éducation dont il avait besoin dans sa lutte contre le règne vermoulu de la bourgeoisie, et les moineaux sifflaient sur les toits que notre type d'école, tel qu'il est issu de l'école monastique du Moyen-Âge, constituait un anachronisme et une vieillerie ridicule, que personne au monde ne devait plus sa culture proprement dite à l'école, et qu'un enseignement libre et accessible à tous par des conférences publiques, par des expositions et par le cinéma était infiniment supérieur à tout enseignement scolaire.

Propos dans lesquels surnagent par ailleurs, hélas encore à l'ordre du jour, des aspects critiques qui peuvent ouvrir sur une discussion.

Et puis ? Et puis on voit passer la Carmen de Mérimée devenue celle de Bizet ..

Et puis ? Et puis il y a Clawdia Chauchat, reine étonnante des désirs.

Ah, Clawdia ...

Clawdia Chauchat

Posté par Sejan à 20:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

25 mars 2018

TOURNE-PAGE

On lit, pour des raisons diverses, et parfois dans l'enchaînement, on n'en dit rien. Bric-à-brac des incitations multiples, une remarque amicale ici, le suivi des lectures scolaires obligées d'un gamin là, qu'on veut soutenir, parfois un premier livre qui en appelle un second … J'ai pas mal bricolé depuis quelques semaines au gré de telles circonstances et puis, depuis quelques jours, je suis encalminé dans Thomas Mann, La montagne magique. Désir de mettre fin à un jamais lu qu'on me reproche, débouchant sur un manque d'affinités avec ce récit pesant qui met du temps à déployer ses charmes éventuels … Mi-parcours, grosso modo, avec des assoupissements, sans encore renoncer.

SINON

Une vie

 

 Le suivi d'une classe de seconde m'a sollicité pour une relecture de Maupassant: Une vie. Tout à fait passionnant. Hélas, pour moi seul. L'élève concernée, elle, ne voyait pas l'intérêt de lire une œuvre dont un résumé est sur Wikipédia et que l'on peut en outre regarder puisque quatre adaptations cinématographiques sont accessibles sur le net, sans compter un manga.

 

 

 

 

L'île du docteur Moreau

 

La planète des singes

 

 En classe de troisième, il a fallu s'atteler à H.G.Wells (L'Île du Docteur Moreau) et à Pierre Boule (La planète des singes). Ce ne sont pas des lectures désagréables, pour l'accompagnant, car pour l'élève de troisième accompagné, ce ne sont là que livres inutiles et vains, pour les mêmes raisons que ci-dessus. Il y a des films …. Pourquoi perdre son temps à lire? Triste philosophie contre laquelle il s'est avéré que lutter était un combat perdu d'avance. 

 

 

 

L'amie prodigieuse

 

Je me suis pris d'affection pour Elena Greco, l'héroïne du cycle d'Elena Ferrante (L'amie prodigieuse). Mais je me limite à l'édition de poche, ce qui me décale un peu. Enfin, dès la sortie du tome III (Celle qui fuit et celle qui reste) j'y suis allé. Toujours sous le charme.

On aime ou pas. J'aime. Il ne me reste plus qu'à attendre le tome IV (L'enfant perdue) . Ma passion s'arrête aux 23,50 € du grand format Gallimard. Je ne la monnayerai que quand l'affaire sera tombée en dessous de 10 €.

 

 

 

 

Le salaire de la peur

 

La serpe

Une sollicitude amie m'avait offert à Noël le Femina de l'année : La serpe, de Philippe Jaenada. Formidable cadeau, qui m'a passionné de bout en bout, même si les emballements de l'auteur pour l'innocence d'Henri Girard, qui enlèvent l'adhésion dans la première moitié de l'exposé, sont bétonnés de façon si manichéenne dans la contre-enquête de la seconde partie qu'on en vient à se dire que trop, c'est peut-être trop. Bref, à la fin des fins, il reste comme un doute.

Mais Henri Girard, acquitté en son temps d'un épouvantable parricide sur la formidable défense de Maurice Garçon s'étant littérairement transformé ensuite en Georges Arnaud, il fallait au moins aller (re)lire Le salaire de la peur. Et cela vaut indiscutablement la peine, malgré tout le mal que, selon Jaenada qui défend le livre, en a dit H.G. Clouzot qui l'a pourtant porté à l'écran avec Montand, Folco Lulli  et Vanel.  

                                                                      Voilà pour un petit tourne-page rapide.

Le temps passe, on se disperse, on râle après les gosses qui ne connaissent que la fascination du smartphone, contre laquelle  on ne sait comment lutter.

C'est pourtant bien de lire, Nom de Dieu !

Posté par Sejan à 16:28 - Commentaires [2] - Permalien [#]

23 février 2018

L'APPARITION - Le film ...

L'apparition

Deux mots, peut-être de L'Apparition, le dernier film de Xavier Giannoli, avec Vincent Lindon. La présence à l'écran de Lindon est toujours d'une densité étonnante, mais elle s'épuise un peu, ici, au fur et à mesure de la progression du film, à travers la relation trop peu crédible que le metteur en scène veut installer entre lui et la jeune mystique à qui la Vierge Marie serait apparue.

L'invraisemblance rationnelle (l'irrationnalité) de l'apparition d'un personnage biblique au sein d'un brouillard bienveillant est évidemment un blocage certain pour le spectateur en quête d'un peu de logique. Toutefois, l'enquête canonique décidée par le Vatican et dont les prolégomènes s'installent au début de la projection est bien venue, avec visite des sous-sols et découverte de kilomètres de rayonnages remplis de comptes-rendus relatifs à d'innombrables invalidations de soi-disant manifestations divines.

Mais ce qui gâte un peu le plaisir, c'est que l'enquêteur-Lindon ne semble pas suffisamment réfractaire à l'énormité de la chose affirmée. Sans doute, la folie crédule des convaincus par avance qui contribue à la marchandisation immédiate de la croyance, avec cars de touristes éperdus et Vierge Marie en plâtre dessine un documentaire crédible sur la transformation d'un patelin paumé des Alpes du Sud, bien ancré dans sa ruralité, en un autre Lourdes, mais la fascination de l'enquêteur, le magnétisme qu'il semble absurdement exercer sur la jeune mystique, la relation dénuée de toute logique qui se noue entre eux, tout cela décrédibilise  la situation. 

Et puis Giannoli en veut trop. Lindon est en fait un reporter retour d'Irak, traumatisé par la mort d'un très proche collègue de travail dont une photo s'avèrera déterminer une piste de rapprochement avec une amie de la gamine touchée par la grâce, gamine disparue peu après l'apparition, repartie en Irak où Lindon, dans une fin pleurnicharde, ira la retrouver ... au terme d'une enquête qui aborde la piste d'une mystification de l'ordre du suaire de Turin, et met en scène un probable escroc peut-être dévot et certainement manipulateur associé au curé local, dépassé par les événements et que Xavier Giannoli fait jouer sur un mode mystérieusement ambigu et tout-à-fait répulsif...

Etc. Ça ne va pas !

En dépit d'une bonne critique, on a un assez mauvais film qui ne parvient pas à porter le poids des vastes sous-entendus métaphysico-psychologiques qu'il voudrait aborder. Les acteurs sont bons, mais ils se noient dans un empilement de situations finalement trop confuses ...

Bref, si l'on veut prendre un vrai plaisir de bon cinéma, c'est Jean Dujardin et Mélanie Laurent qu'il faut aller voir, dans Le retour du héros !


31 janvier 2018

LA DOULEUR - DURAS and Co

La Douleur

J'ai repris le livre de Marguerite Duras ce week-end, comme préalable au film en ce moment sur les écrans. De fait, je dispose d'une édition de 1985 qui comprend une succesion de nouvelles centrées sur la même période 1944-1945: La Douleur - Monsieur X dit ici Pierre Rabier - Albert des Capitales - Ter le milicien - L'ortie brisée - Aurélia Paris.

Emmanuel Finkiel, réalisateur du film, a judicieusement regroupé les deux premières (et plus importantes) de ces nouvelles pour tisser son scénario.

De fait, la première, La Douleur, décrit l'attente du retour des camps de Robert Antelme, que Marguerite Duras avait décidé, avant même son arrestation et sa déportation, de quitter pour Dionys Mascolo, avec qui elle restera mariée, de 1947 à 1956, et dont elle aura un fils, Jean. Le roman décrit cette attente et le retour d'Antelme de façon à la fois intime et extérieure, dans une perspective psychologique déstabilisante en raison du décalage entre la décision déjà prise de rupture et la dévastation affirmée de l'attente du retour. 

La deuxième nouvelle, Monsieur X dit ici Pierre Rabier, est le compte rendu de la relation ambigüe entretenue par Marguerite Duras, pendant la période d'internement d'Antelme à Fresnes, avant sa déportation, avec un gestapiste français, désigné comme Pierre Rabier, qui, sensible à Duras, écrivain (il a des fantasmes de bibliophile) en même temps que persuadé (ce qui est vrai) qu'elle a au moins des renseignements sur le réseau de résistance auquel appartient Antelme et que pilote, sous le pseudonyme de Morland, François Mitterrand, cherche à l'utiliser. 

Le second texte est moins impliqué que le premier. Emmanuel Finkiel a, avec raison, nettement découpé sa progression filmique en deux temps. Une première partie entièrement centrée sur la relation avec Rabier, pour une seconde partie transcrivant de près le texte de La Douleur. De fait, s'il fallait définir des thèmes, la partie Rabier correspondrait à une angoisse - Antelme à Fresnes: Que va-t-il lui advenir ? Comment utiliser Rabier et avec quels enjeux, quels risques, pour soi et le réseau? -  quand la partie suivante, filmiquement beaucoup plus forte, est réservée davantage à l'attente qu'à la douleur, terme qui semble mal faire le tour de la situation.  

Les textes de départ de Duras, dans leur haché factuel, n'ouvrent pas vraiment sur l'intime de la narratrice. En ce sens, le traitement d'Emmanuel Finkiel, servi par l'étonnante profondeur du jeu de Mélanie Thierry, va plus loin, crédibilise davantage, dans la seconde partie du film, le personnage, entrouvrant une petite fenêtre sur les ressorts de son comportement: obstination psychotique de l'attente parallèle à un détachement progressif de son objet. Le traitement de l'épisode Rabier très illustratif, parfaitement réalisé, est moins intérieur. Tous les acteurs sont excellents.  

La Douleur 1

 

La Douleur 2

 

La Douleur 3

 

Mélanie Thierry (Duras), Benoît Magimel (Rabier), Benjamin Biolay (Dionys Mascolo)

Mais je voudrais revenir sur une hypothèse - parfaitement gratuite et certainement scandaleuse - dont le seul intérêt, ici ludique, est de rationaliser le comportement aberrant de la narratrice (Duras, de fait) vis-à-vis de Robert Antelme, tel qu'il est présenté dans le texte de départ (La Douleur). 

Antelme a été dénoncé. Et si le dénonciateur avait été une dénonciatrice, et en l'occurrence Marguerite Duras elle-même? Tout deviendrait clair. Elle a pour amant Dionys Mascolo. Elle souhaite quitter Antelme pour lui, dont elle veut un enfant. Quel meilleur moyen de régler le problème que de laisser à la police allemande le soin de s'en occuper?

Mais voilà que la conscience s'en mêle, dont on sait depuis Hugo, que son œil est même dans les tombes. Et Marguerite prend conscience des conséquences (in)humaines de son geste,  rongée par un remords qui va de l'inquiétude sur le sort de l'incarcéré de Fresnes, puis de l'angoisse de le deviner déportable en Allemange, à la terrifiante culpabilité de le savoir, par sa seule faute, voué à la mort dans un camp de concentration. Ne compte plus alors, se substituant aux vestiges d'une affection dépassée par l'amour pour un autre, que la terrible douleur de se savoir coupable d'un crime absolu, et le désir obsessionnel, à travers une attente devenue pathologique, de croire au retour d'Antelme, comme seule possible rédemption, désir qui submerge tout et, mésinterprété par des proches qui ne savent pas, peut se lire comme un attachement qui a passé toutes les limites. 

C'est à peu près la seule hypothèse qui tienne, et dont on peut s'étonner qu'elle ne soit pas venue à l'esprit de Dionys Mascolo. D'autant qu'Antelme revenu, Marguerite (et son texte - le film en gomme les descriptions les plus difficiles - est totalement explicite sur le sujet) se lance à corps perdu dans une mission de retour du déporté à la vie qui pendant dix-sept jours porte son dévouement à la hauteur de la sainteté, avant, la santé de celui-ci revenue, de confirmer, intérieurement rédimée, à celui à qui elle vient de prodiguer toutes les apparences de l'amour le plus sacrificiel, qu'elle n'a pas changé d'avis et qu'elle le quitte. Elle a rattrapé la faute. Elle a payé le prix. Elle s'estime lavée. Elle reprend le fil du discours.

Cette grille de lecture me semble à peu près la seule qui donne au comportement décrit par le texte de Duras une assise rationnelle . 

Comme aurait dit le regretté Pierre Desproges : Etonnant, non?

Posté par Sejan à 14:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 janvier 2018

BACCALAUREAT 2021?

Sévère déception ce matin à l'écoute de France-Inter qui recevait, entre 8.20 et 9h, Pierre Mathiot, venu commenter le rapport remis hier à JM Blanquer présentant ses propositions de réforme du baccalauréat.

Pierre Mathiot, amaigri, était interrogé par Nicolas Demorand, visiblement mieux nourri.

P    N

Mais peu importe, le problème n'était pas là. Ni d'ailleurs où ils l'ont placé, aidés par les questions des auditeurs, à côté de la cible. Le baccalauréat, mythe fondateur et aboutissement fantasmé d'un parcours scolaire qui n'a plus grande substance ne sera sans doute pas déstabilisé par les suites que JM Blanquer donnera au rapport Mathiot. 

Et c'est bien regrettable. 

On a échangé sur l'examen du baccalauréat comme rite initiatique, comme premier diplôme de l'enseignement supérieur à réinstaller mieux en tant que tel, tout en prenant bien soin de souligner que l'accès à l'université ne saurait relever d'une quelconque sélection. Bref, on s'est régalé de foutaises.

Les chiffres cités ou évoqués sont pourtant parlants. Le baccalauréat est obtenu avec des pourcentages d'élection de maréchal, et près des deux-tiers des bacheliers inscrits à l'université en première année s'aperçoivent en échouant qu'ils n'avaient rien à y faire. 

Et sans prendre en compte qu'il faut revoir entièrement le fonctionnement du système de la formation initiale, on a discuté épreuves terminales et contrôle continu pour n'en rien dire de totalement précis.

Alors qu'il serait nécessaire de :

Se ressaisir en la redéfinissant de la scolarité obligatoire où sont à réinstaller fortement les notions d'autorité, de respect des valeurs, de sens de l'effort et de discipline. Un travail exigeant sur les chefs d'établissement (Collèges) et les modes de fonctionnement individuel et collectif du corps enseignant serait encore l'angle d'attaque le plus efficace, à l'écart de tout changement de structure et de programmes.

Installer une évaluation continue solide des acquis de la scolarité obligatoire sans compensation entre les différentes disciplines pour l'obtention d'un diplôme de bonne fin valant exeat.

Organiser les trois années de lycée en formation générale post-obligatoire à dominante (humanités - scientifique - technologique) avec mise en place d'une évaluation continue solide des acquis de la formation sans compensation entre ses différents volets pour l'obtention d'un diplôme de bonne fin valant exeat. Où la modularisation  sans compensation des connaissances et compétences acquises dessinera des profils individuels d'excellence sur la base desquels s'organiseront les éventuelles poursuites d'étude au sein des formations supérieures.

Deux points des échanges de ce matin émergent clairement comme faisant peur: le contrôle continu et la sélection.

Craindre le contrôle continu, c'est ne pas faire confiance au corps enseignant. Une compréhension collective efficace des objectifs de la formation initiale et un recrutement comme une formation des enseignants d'une qualité exigeante sont les véritables garanties d'un fonctionnement juste, intègre et rigoureux du système. Faire constamment fond sur l'hypothèse d'inendiguables accommodements locaux est assez insultant vis-à-vis de la déontologie pédagogique.

Nier la sélection est absurde. Si le mot gêne, il suffit de dire que dans toute formation par paliers, l'accès au niveau suivant n'a de sens que si des prérequis nécessaires sont fixés. Dûment informé, l'élève puis l'étudiant sait ce qu'il lui reste à faire en amont pour remplir le cahier des charges de ses ambitions. Que le système, dans ses structures, s'attache à soutenir son effort dans ce sens est un objectif qui va de soi, mais il ne faut pas lui vendre du vent : si les prérequis définis par l'aval qu'il vise ne sont pas acquis, il ne peut pas s'engager dans la voie. 

Je n'ai pas eu le sentiment ce matin d'une bien grande clarté sur ces sujets. 

Posté par Sejan à 11:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 janvier 2018

LE FÛT DU CANON

Combien de temps le fût du canon met-il pour se refroidir après que l'obus a été tiré?

Fernand Raynaud

Il y a là le ressort d'un problème pédagogique réel et constant, qui concerne la difficulté rencontrée, avec les élèves, par la nécessité de s'ouvrir à l'abstrait pour traiter d'un problème concret.

Dans un sketch célèbre de Fernand Raynaud  des années 1950, la réponse à la question précédente n'est pas cinq minutes, ou une demi-heure, ou une heure … elle est :  …  un certain temps!

J'y pensais hier à propos de l'exercice de statistiques suivant (niveau 3ème / 2de).

On fournit un tableau récapitulant le salaire moyen annuel des cadres salariés d'une très grande entreprise et on demande d'en déduire les pourcentages respectifs d'hommes et de femmes parmi ces cadres.

Hommes

Femmes

Ensemble

41260

33480

39670

Or, le dialogue poursuivi avec une élève bloquée sur la résolution de l'exercice et à qui je donnais un coup de main, faisait clairement apparaître que la difficulté tenait à ceci qu'elle s'obstinait à proposer des réponses par tâtonnement plus ou moins pifométrique sans se décider à aborder le problème par le seul biais raisonnable: le pourcentage d'hommes est d'une certaine valeur. Le pourcentage de femmes s'en déduit.

Accepter de discuter d'une quantité qu'on ne connaît pas et raisonner sur cette inconnue pour parvenir à la connaître est réellement une marche extrêmement difficile à franchir et qui bloque le processus de réflexion.

Le mantra : "Quand tu ne connais pas une quantité , tu l'appelles x et tu continues tes calculs avec"  est un ressort indispensable qu'on ne peut éviter d'imposer, sans être toujours assuré d'en obtenir l'emploi "en compréhension".

L'élève, ici, avait parfaitement compris le mode de calcul d'une moyenne relative à une population partagée en différentes classes dont on connaît le poids respectif.

Ainsi, dans la situation antérieure:

Un constructeur automobile vend trois modèles de voitures. Le modèle A, au prix de 10 000 € l'unité, qui représente 30% de sa production; le modèle B, au prix unitaire de 15 000 €, qui représente 50% de sa production; le modèle C, au prix unitaire de 20 000€. Quel est le prix unitaire moyen des voitures vendues par ce constructeur?

Sans hésitation, l'élève avait calculé que le modèle C représentait 20% de la production du constructeur et que le prix unitaire moyen serait calculé, chaque prix étant pondéré par l'importance relative du modèle dans la production totale, grâce à la formule :

10 000x0,3 + 15 000x0,5 + 20 000x0,2

… pour un résultat égal à :  14 500

… et la réponse : Le prix unitaire moyen des voitures du constructeur est égal à 14 500 €

Mais voilà, dans le problème du salaire moyen des cadres, il fallait accepter de prononcer la phrase magique : Soit x le pourcentage d'hommes parmi les cadres ! Evidemment, une fois la phrase prononcée, tout s'enchaînait:

100-x est le pourcentage de femmes

le salaire moyen de l'ensemble se calcule par la formule :

41260(x/100) + 33480[(100-x)/100])

D'où l'équation "en x" :

41260(x/100) + 33480[(100-x)/100] = 39670

Immédiatement :

41260x + 33480(100-x) = 3967000

41260x - 33480x = 3967000 – 3348000

7780x = 619 000

x= 79,5629….

Il y a donc, en arrondissant au dixième, 79,6% d'hommes et 20,4% de femmes parmi les cadres de l'entreprise. Mais voilà, le non-prononcé de la phrase magique a tout bloqué pendant un quart d'heure!

On peut écouter le sketch de Fernand Raynaud, par exemple ici : http://www.notrehistoire.ch/medias/71350

Posté par Sejan à 10:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

29 décembre 2017

LE CHOIX DE SOPHIE - William STYRON

william-styron

Le choix de Sophie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Curieux bouquin ... Jamais lu, et puis....

Publié en 1979, immédiatement adapté au cinéma, National Book Award en 1980, ce roman est un peu une arnaque, tant son ressort réel n'est pas le choix de Sophie, qu'on ne découvre que quelques pages avant la fin et dont on ne distingue pas réellement l'impact sur la psychologie perturbée de l'héroïne, mais bien les dysfonctionnements du trio de jeunes gens formé par le narrateur, écrivain en herbe, puceau de 22 ans et les fantasmes qui vont avec, violemment travaillé par le sexe,  et par le couple d'amants aux orgasmes telluriques que forment Sophie, trente ans, polonaise, rescapée des camps de concentration, où ont disparu ses deux enfants de huit et dix ans, archétype féminin au charme infini et au "petit cul" glorieux, et Nathan, à qui elle voue un attachement insensé, trentenaire juif et mythomane, violemment schizophrène, affublé d'un comportement remarquablement imprévisible et antipathique. Plus de 900 pages en édition de poche. Un pensum.

La structure du roman s'appuie sur le déroulement linéaire des quelques mois qu'a durés la relation du trio, avec, au gré de ses violents cahots, les confidences de Sophie sur Auschwitz et divers à-côtés de la trajectoire du narrateur. La sexualité est omniprésente, soutenue par quelques pages pornographiques. Le narrateur passe une partie du roman en érection . Rudolf Höss, obersturmbannführer (lieutenant-colonel) qui commandait Auschwitz est mis en scène. Tentative molle de portrait. Quelques descriptions de l'arrivée des juifs et des polonais déportés au camp. Rien de très passionnant. Quelques notations sur la Pologne. On avance. On passe en revue l'antisémitisme polonais, les remarques sur les "youpins" de Nathan, le conflit latent non résolu aux Etats-Unis entre le Nord et le Sud, la mentalité sudiste, esclavagiste mais pas seulement, ses grandeurs et ses petitesses, le personnage du père du narrateur aide partiellement à cela etc.  

L'épaisseur psychologique? On voit mal les ressorts du comportement d'amour fou de Sophie, tout entière vouée à Nathan, l'ensemble adossé en guise d'argumentation à des descriptions hyperboliques de la beauté de l'une, du charme et de l'intelligence de l'autre, qui ne contribuent pour autant pas à nous les rendre proches, sensibles. 

Et puis le choix du titre ... Oui, bon, dix lignes qui sont à peu près le tout de ce qu'a véhiculé la critique et qui a laissé croire qu'à cela se réduisait le roman. L'émotion ne passe pas, dans ce qui est censé en déborder.

Je ne suis pas sorti de ce tunnel littéraire bien convaincu ... Je n'ai pas vu le film. Meryl Streep en Sophie ne me paraît pas, a priori, crédible; trop peu le personnage, tant physiquement que par projection morale. Y aller voir ? Guère tenté. Peut-être ... Tout ça m'a fait, en gros, la trêve des confiseurs, accompagné de fruits déguisés. Un ami s'était dit enthousiasmé. J'ai voulu voir. 

D'un gros bouquin comme cela, qui brasse tant de sujets, on peut dire tout et son contraire. Centré sur les thèmes abordés, il est sans doute possible d'être plus positif que je ne le suis. mais des thèmes, cela se traite et le traitement me semble ici bien en retrait, voire, appauvrissant. 

Posté par Sejan à 20:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]

11 décembre 2017

AUTO PROMOTION

Lièvre

Objectivement, j'ai plutôt tendance à oublier que j'écris de temps en temps des livres. Il faut bien reconnaître, eu égard à leur empreinte médiatique, que je ne suis pas le seul.

Mais bon, cette fois-ci (pourquoi cette fois-ci?), je vais me laisser aller à un coup de projecteur. C'est à cause peut-être d'un petit bouquin écrit l'été passé et qui vient de sortir, et c'est là: https://www.thebookedition.com/fr/18558_auguste-sejan

Le titre : Sans ralentir le pas.

Le contenu: L'extrapolation de cinq moments de vie effectivement traversés et légèrement distordus par la fiction.

Légèrement, c'est-à-dire,  pas tant que cela .... 

ET?

Eh bien, comme il me semble que ça se laisse  lire, je le signale ...

De fait, depuis une quinzaine d'années, j'ai écrit une dizaine de bouquins, un peu plus même, dont quelques-uns seulement sont accessibles à l'adresse indiquée ci-dessus.

J'avais commencé avec Ed Nat, qui narre les trajets en TGV Paris-Lyon et retour d'un professeur au bord de la retraite rendant visite à sa mère malade et mettant à profit cet entre-deux qu'est le voyage pour se souvenir.

Quelques années plus tard, Roman-Roman mettait en scène, au fond, le même professeur, retraite prise cette fois, dans le village où il s'est replié, s'impliquant dans la vie du petit collège local en même temps qu'en hommage à Robert B. Parker, l'auteur américain d'Appaloosa, western porté à l'écran par Ed Harris qui a eu, en 2008, un joli succès, il clôt à sa place, en un effort en quelque sorte posthume, les aventures de son héros, Virgil Cole, à qui Parker avait consacré encore trois livres avant de mourir en 2010. Pour terminer ce cycle, qui l'avait enchanté, mon narrateur s'est donc attaqué au cinquième volume qui se lit - mise en abîme - dans Roman-Roman.

A l'automne 2016, c'est l'approche de l'élection présidentielle de 2017 qui m'a conduit à un essai-fiction de prospective politique : Trois jours de réflexion. Le narrateur, qui n'est pas sans point commun avec ceux des deux précédents livres, à sa grande surprise et servi par un concours de circonstances imprévisible (mais qu'il raconte), se retrouve Président de la République et va s'atteler à sa grande tâche : la réforme, la vraie, enfin, du système éducatif.

Et puis donc, là : Sans ralentir le pas.

J'ai un peu bricolé, à côté, au fil du temps, traduisant les quatre bouquins de Parker du cycle Virgil Cole évoqué ci-dessus, transposant en français le livre de souvenirs d'un ami anglais, transcrivant dans sa langue maternelle le premier roman d'une lointaine cousine partie "aux Amériques" et tant américanisée qu'elle n'en écrit plus en français, me plaisant à faire une nouvelle traduction d'un vieux (et excellent!) roman d'aventures lu à 11 ou 12 ans dans la Bibliothèque verte, un livre d'Edison Marshall, The skyline of spruce,  titré par son premier traducteur, Louis Postif,  La loi de la forêt, et qui me semblait avoir été un peu affadi par ce dernier ... Mais tout cela, non commercialisé, les fichiers dormant au fond du disque dur. Il faudrait faire des démarches, se heurter à des refus ... Tout le plaisir est dans le travail. 

Enfin, là, oui, pour cette fois, l'envie un peu plus forte d'en parler, d'être lu ?

                                              Golden RTetriever

Posté par Sejan à 12:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]