Le ministère qui aime souvent lancer des initiatives décapantes en même temps qu'il redoute de procéder autrement que par expérimentations confidentielles , est en train de mettre en place, information de source fiable bien que confidentielle, en marge de ses projets de Réforme du Collège, une expérience  assez étonnante au Collège Jean Giraudoux d'Arcizac-sur-Garonne, dans le Gers.

Cet établissement a été retenu pour cette bonne raison qu'il est le seul de l'Académie de Toulouse a avoir accepté, après appel d'offre, le principe de l'expérience initiée par le rectorat, avec l'appui du cabinet de Najat Vallaud-Belkacem. Et ce principe est le suivant : profiter des congés de printemps pour offrir à une équipe pédagogique d'établissement, une tentative de ressourcement intégral et la possibilité d'une résolution des conséquences du stress pédagogique par la nudité.

Il semblerait que le séjour au CHM de Montalivet, en août 2014, de deux membres influents de l'Inspection Pédagogique Régionale de l'Académie de Toulouse (de dos ci-dessous) ait été à l'origine de l'idée.

                Descente_plage_0

Les statistiques académiques, autant que le ressenti du corps d'inspection lors de ses visites, font en effet apparaître depuis la rentrée 2012 une dégradation inquiétante du climat inter-professionnel dans des établissements jusque-là réputés sans difficultés majeures.

La dimension naturiste ayant jusqu'ici échappé au champ exploré par les tentatives d'amélioration des relations enseignantes opérées par les inspecteurs, avec un manque absolu de succès, l'idée d'élargir dans une direction différente les essais thérapeutiques s'est fait jour.

Mais pour garder à l'affaire tout son sens pédagogique, c'est dans les locaux mêmes où ils connaissent chaque jour des tensions regrettables, et avec pour objectif de rester dans la relation professionnelle et l'effectuation de toutes les tâches de bilan du trimestre écoulé (corrections de copies) comme de préparation concertée du trimestre à venir (conseils d'enseignement, réunion d'équipes pédagogiques de division, …) qu'il a été décidé de situer l'expérimentation.

En outre, et ce n'est pas là l'aspect le moins important du projet, avec l'implication résolue du chef d'établissement et animées par les deux IPR à l'origine de celui-ci, il a été prévu que 50% en temps des réunions - l'expérience est programmée sur les deux semaines de congé du lundi au vendredi, de 9 heures à 18 heures, en conclave - seraient consacrés à un examen approfondi et  - conditions expérimentales obligent – décomplexé des projets ministériels de réforme eux-mêmes. 

Notre source d'information a eu accès à certaines plages d'échange de la première semaine (qui semble avoir été évaluée très positivement par tous les participants  - seuls 3 professeurs sur les 32 de l'établissement avaient refusé de participer au "challenge") et nous transmet deux photographies assez caractéristiques, prises l'une, lors d'un conseil d'enseignement ….

Conseil d'enseignement

… et l'autre  lors d'une discussion informelle du groupe d'enseignants chargés plus spécifiquement de réfléchir à la question des langues anciennes dans le projet de réforme de Najat Vallaud-Belkacem.

Cantine

On attend le bilan général, promis pour lundi 27 avril prochain.