30 octobre 2007

Un handisport de masse: L’école.

Obstination des responsables à ne pas voir le problème: Xavier Darcos, dans Le Monde de Mardi 30/10 (page 12) réentonne le couplet du soutien et de la remise à niveau. On passe son temps à constater qu’on ne sait pas “mettre à niveau” et on en déduit qu’on va donc consacrer son énergie à “remettre à niveau”. On hésite entre Kafka et Courteline... L’enseignement de masse a sombré dans le lycée napoléonien et le ministère n’en tire aucune autre conséquence que celle-ci: Puisque l’entraînement des pur-sang ne convient pas... [Lire la suite]
Posté par Sejan à 16:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 octobre 2007

Reparlons en un peu, Finkielkraut ...

J’ai écouté Répliques sur France-Culture, hier matin, samedi 27/10. Au chevet de l’école, ce grand corps malade désormais radiotélévisé puisque vous repreniez l’intitulé d’un documentaire d’Arte, sans souligner d’ailleurs - ce qui pourtant ouvrait à réflexion - qu’il s’agissait aussi du nom de scène d’une vedette du Slam, cette plainte psalmodiée du mal de vivre djeune, vous aviez convoqué un professeur de lettres en collège difficile, Cécile Revéret, et Jean-Marie Petitclerc, ex-polytechnicien et ci-devant spécialiste de terrain de... [Lire la suite]
Posté par Sejan à 16:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 octobre 2007

Parcours Littéraires au Louvre ...

Je reçois du Louvre, courant Septembre, une brève notice et ce discours introductif: Écrit-on sur commande à partir d’une œuvre? Le récit peut-il naître délibérément de la rencontre avec un tableau de genre, un portrait florentin, un retable ou un sarcophage? C’est le pari que nous faisons: laisser aux auteurs le choix des œuvres du musée qui deviendront la trame, le matériau ou l’arrière-plan d'un texte original. Nous leur passons commande de ce récit. Une seule contrainte: être une fiction inspirée d’une œuvre du Louvre.Les... [Lire la suite]
Posté par Sejan à 13:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 octobre 2007

Hasards de promenade ...

À la sortie de Lourdes, il faut prendre la direction d’Argelès. On passe à hauteur d’Agos-Vidalos, la quatre voies en frôle la tour, plantée au sommet d’un fort monticule, et on roule vers Hautacam, jusqu’à un rond-point dont on sort par un petit pont qui enjambe le gave. C’est le gave de Pau. Il va filer plus bas et rejoindre l’Adour, mais là, il est encore souverain, pas affluent. Et le pont, c’est le nouveau pont de Tilhos, qui a été construit pour remplacer un vieux pont en fer qu’on a laissé en place et qui fait un curieux angle... [Lire la suite]
Posté par Sejan à 09:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 octobre 2007

Journal inintéressant ...

Rien posté depuis le 11 Octobre. Pas vu passer le temps. Les gens heureux n’ont pas d’histoire? Oui et non. Occupé plutôt, avec deux ou trois billets en parallèle et en cours et du coup, nul aboutissement, et puis l’agitation du quotidien. Il faut finalement peu de choses pour n’avoir plus le temps d’écrire, ou plus simplement la décision de donner la priorité à la lecture, tant il faut bien aussi se nourrir! Et puis ... Cécilia a plaqué Nicolas, rumeurs dans les gazettes. J’avais ma théorie farfelue, héritée d’un dîner en ville et... [Lire la suite]
Posté par Sejan à 15:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 octobre 2007

Sur les falaises de marbre ...

Livre étonnant que celui-là, dont le seul titre (Sur les falaises de marbre) est déjà plein d’une incertaine attente poétique. J’avais un vague vernis sur sa publication à la veille du second conflit mondial, son interprétation comme crypto-critique de l’hitlérisme et la position du Führer qui préférait ne pas se poser la question quand l’auteur était l’invincible héros dix-sept ou dix-huit fois blessé, titulaire des plus hautes distinctions militaires, toujours repartant au combat,... [Lire la suite]
Posté par Sejan à 15:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 octobre 2007

Une tragédie incomprise ...

C’est le sous-titre du livre “La débâcle de l’École” que “présentent” Laurent Lafforgue et Liliane Lurçat chez François-Xavier de Guibert, éditeur. Vingt-deux euros. Réunion d’une grosse douzaine de contributions à la réflexion où se rencontrent surtout des enseignants. Un ingénieur, ex directeur des études chez Dassault-Aviation et un musicien, organiste et compositeur, renforcent la troupe. Enfin un chapitre est le relevé d’un trimestre d’incidents de classe dans un collège parisien en 2005-2006. ... [Lire la suite]
Posté par Sejan à 10:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 octobre 2007

Un balcon en forêt

Je n’avais lu de Gracq - et voici fort longtemps - que le Rivage des Syrtes, par raccroc d’ailleurs, parce que je m’étais enthousiasmé pour Buzzati et Le désert des Tartares et que le clonage - Gracq s’en fût-il défendu - m’intéressait. Le refus du Goncourt me semblait un aveu mâtiné d’un remords. La question sauf erreur restera ouverte ... Aucune allusion dans la notice pieuse que consacre à l’écrivain sur Internet son éditeur de toujours, José Corti ... On m’a renvoyé à Un balcon en forêt lors d’une conversation l’an passé dont... [Lire la suite]
Posté par Sejan à 12:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
26 septembre 2007

Bis repetita ou N-repetita? ...

Objectif au fond affligeant: “Revaloriser le métier d’enseignant”. Le Monde du week-end (Di.23 - Lu.24/09). Un article de Luc Cédelle. Un autre de Catherine Rollot. “Le travailler plus pour gagner plus n’effraie plus les enseignants” . Pourquoi pas “Enseignant ne rime plus avec feignant” ? Passons.Pauvreté des perspectives si on les limite à cela devant la grandeur (oublions les multiples décadences) des missions. Misérabilisme des effets d’annonce face à l’exigence des redéfinitions. Pourquoi X. Darcos, emboîtant le pas à... [Lire la suite]
Posté par Sejan à 16:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2007

Attente et Déception: Alain Finkielkraut ...

Une interview dans Aujourd’hui en France de Samedi 22/09. “L’Ecole, c’est de la sueur et des larmes”. Pas étonnant après ce titre que l’Alain en appelle “... à un Churchill (...), quelqu’un qui s’adresse directement à l’opinion, par dessus les Fédérations de parents d’élèves ou les syndicats d’enseignants". Mais enfin, même si cet énoncé contient la désignation de blocages réels, il fait litière de l’essentiel: s’adresser (pour les convaincre) aux professeurs, que ne “résument” pas les syndicats. ... [Lire la suite]
Posté par Sejan à 22:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]