08 décembre 2009

Un témoignage et la suite ...

UN EXEMPLE DE DYSFONCTIONNEMENT ÉDUCATIF Eléments réitérés de réflexion Dans Le quotidien Le Monde  daté du Jeudi 3/12/2009. En page 10 Article reproduit  in  extenso. *** ‘‘Prof  éphémère’’   ou la grande galère d’une remplaçante en banlieue Pas simple  de gérer sa classe lors­qu'on est ‘‘prof de passage’’. Véronique Pot a 29 ans. Elle  ensei­gne le français. C'est sa cinquième année de remplacement.... [Lire la suite]
Posté par Sejan à 14:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 décembre 2009

Bilan finkielkraltien

Lectures Finkielkraltiennes (I-IX) : Un cœur intelligent On peut se poser  des questions sans être assuré qu’elles soient judicieuses. Celle-ci par exemple : « Quelle(s) cohérence(s) pourrait-on dégager  des neuf choix de Finkielkraut dans ‘‘Un cœur intelligent’’ ? » ou cette autre, qui n’en est en réalité qu’une variante, « Que nous apprend ‘‘Un cœur intelligent’’ sur son auteur ? » . Dans l’essai, l’analyse des œuvres choisies est faite dans l’ordre suivant: La... [Lire la suite]
Posté par Sejan à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 novembre 2009

Lectures finkielkraltiennes (IX).

Fédor Dostoïevski : Carnets du sous-sol. Ce petit livre a connu des intitulés divers. Outre celui utilisé par Finkielkraut : Carnets du sous-sol, on le rencontre désigné comme Notes d’un souterrain (Edition GF Flammarion, dont je dispose) et signalé par le dictionnaire Le Robert en tant que Mémoires écrits dans un souterrain. Quand Dostoïevski publie ce texte, on est en 1864. Il a quarante-trois ans et, sauf les Souvenirs de la maison des morts (1861), l’œuvre est, pour l’essentiel, à venir : Crime et Châtiment (1866),... [Lire la suite]
Posté par Sejan à 09:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
20 novembre 2009

Lectures finkielkraltiennes (VIII) …

Philip Roth : La Tache. ‘‘ La glace blanche du lac encerclant une tache minuscule, un homme, seul marqueur humain dans toute cette nature, telle la croix que trace l’illettré sur la feuille de papier : c’était là, sinon toute l’histoire, du moins le tableau dans son entier. Il est rare qu’en cette fin de siècle la vie offre une vision aussi pure et paisible que celle d’un homme solitaire, assis sur un seau, pêchant à travers quarante-cinq centimètres de glace, sur un lac qui roule indéfiniment  ses eaux, au sommet d’une... [Lire la suite]
Posté par Sejan à 11:57 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
16 novembre 2009

P.Siniac, A.Resnais, J-P. Jeunet … et puis ‘‘la revalo’’, quand même.

Un supplément récent de Télérama signalait deux Crimeries parisiennes – officines spécialisées dans le polar – avec interview rapide des responsables, à qui était posée la fatale question : Et s’il n’en fallait citer qu’un, pour vous cultissime, ce serait … ?  Je me suis procuré les deux réponses, éditées chez Rivages/Noir. Femmes blafardes, de Pierre Siniac, et Aucune bête aussi féroce, d’Edward Bunker. D’Edward Bunker, j’avais déjà lu La bête contre les murs, dont a été tiré le très bon film de Steve Buscemi, Animal Factory.... [Lire la suite]
Posté par Sejan à 10:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 novembre 2009

Lectures finkielkraltiennes (VII)

Vassili Grossman – Tout passe. Il y  a bien des façons d’aborder le commentaire d’un livre. Il y en a même une qui vient parfois à l’esprit : renoncer à le commenter. On l’a lu. On en sort écrasé par l’épaisseur des réflexions qu’il suscite et avec le sentiment que plaquer là-dessus un discours, ce ne sera que l’appauvrir. C’est je crois ce type d’hébétude qui peut saisir à propos du roman de Vassili Grossman. Qu’en dire qui vaille la simple recommandation : J’en reviens, allez-y ? Finkielkraut, lui, a opté... [Lire la suite]
Posté par Sejan à 18:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 novembre 2009

Leçons finkielkraltiennes (VI)

Milan Kundera : La Plaisanterie Etonnante remarque liminaire que celle de Finkielkraut entamant sa lecture du roman (on dit … « fondateur »( ?)) de Kundera : « La Plaisanterie a ruiné en moi l’idée triomphale que la vie – individuelle mais aussi collective – est un roman et que la philosophie consiste à élargir aux dimensions de l’histoire universelle l’intrigue du Comte de Monte-Cristo. » Etonnante remarque liminaire car toute la suite, et les histoires entrecroisées de Ludvik, d’Héléna, de Zemanek, de Lucie, de... [Lire la suite]
Posté par Sejan à 10:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
20 octobre 2009

Leçons finkielkraltiennes (V)

Sebastian Haffner : Histoire d’un allemand Alain Finkielkraut a sous-titré : L’encamaradement des hommes, substantivant le néologisme verbal encamarader qu’Haffner a introduit pour synthétiser son expérience dans un camp de travail nazi du début des années 1930. Il n’a pas outre mesure déployé son commentaire autour du livre, se limitant pour l’essentiel à un résumé et à quelques compléments factuels, pour nous apprendre ainsi  par exemple que Raimund Pretzel est le véritable patronyme de Sebastian Haffner . Au... [Lire la suite]
Posté par Sejan à 18:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 octobre 2009

Leçons finkielkraltiennes (IV)

Lecture d’Albert Camus : Le premier homme. Le titre intrigue un peu, au premier abord, pour un projet largement autobiographique. Au deuxième rabord, comme disait Frédéric Dard, on se rallie volontiers à la clé fournie par Alain Finkielkraut : « La langue lui a ouvert les yeux : descendant d’une longue lignée de taciturnes, il est sorti de l’opacité, il est le premier homme à voir tout à fait clair. Avec le pouvoir de nommer précisément les choses, il a acquis la faculté de discernement. » ... [Lire la suite]
Posté par Sejan à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 octobre 2009

Leçons finkielkraltiennes (III)

Henry James – Washington Square. En 1963, Whashington Square, pour ceux qui comme moi avaient 19 ans, c’était beaucoup moins le titre d’un roman d’Henry James que l’énorme succès  d’un groupe de jazz ‘‘New-Orleans’’, The Village Stompers. On peut encore écouter ça aujourd’hui sur YouTube : http://www.youtube.com/watch?v=tUAwqhnqSAc . Mais quand on était un peu curieux, ce qui dut être mon cas, on se laissait quand-même glisser jusqu’au livre. Je l’avais ainsi lu, de cela je me souvenais ; et je ne l’avais pas... [Lire la suite]
Posté par Sejan à 11:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]