BAC

Je m'étais amusé à ceci, pendant les débuts de la campagne des présidentielles de 2017, en amont de l'affaire Fillon et sans la voir venir: https://www.thebookedition.com/fr/trois-jours-de-reflexion-p-345655.html. L'essai est disponible. On peut toujours s'y reporter.

Derrière la potacherie, il y avait (il y a) là des propositions auxquelles les palinodies ridicules du Bac 2019 donnent raison. Le système éducatif est totalement à reprendre. Les solides réflexions de Pierre Mathiot ont été hélas incomplètement relayées par J-M Blanquer pour une réforme qui va trop timidement dans une direction néanmoins plutôt bonne. Elle a, j'en suis persuadé, été mal comprise par les cadres (chefs d'établissement, corps d'inspection) et  fait lever  le grand n'importe quoi des opposants systématiques chez une minorité de professeurs. Le résultat : l'impression de grand foutoir de la session 2019.

Je ne vais pas tout réexpliquer.

Il suffit poutant d'un peu de recul pour comprendre que tout le cursus de formation doit être réinstallé et consolidé autour de la mise en place d'un système d'acquisitions progressives et dûment validées étape par étape, qui s'adapte au profil de chacun, passé le fond commun de connaissances et de techniques de base que doit maîtriser tout citoyen, c'est-à-dire tout acteur conscient de la vie collective (l'idée au fond qui présida il y a plus d'un siècle à l'institution du Certificat d'études primaires, supprimé en 1989).

Des dérives successives ont abouti à une sorte d'aspiration générale au baccalauréat pour tous qui a vidé de son sens le parcours scolaire, faisant traverser à des cohortes d'élèves démotivés des programmes inadaptés pour aboutir à des numéros de jonglage (consignes de correction, recadrage des notes, …) permettant d'affirmer que les pourcentages de succès, et donc le niveau, montent, ce qui est un déni du réel constaté en première année d'enseignement supérieur.

Il faut tout reprendre.

Malheureusement, il y manque l'idée comme s'y oppose un corps enseignant que l'inaptitude au dialogue du ministère fige dans la défense automatique d'usages, de pratiques, de conception du service dépassés.

En ce début d'été 2019 provisoirement (quousque tandem?) caniculaire, je n'ai pas le courage de ressaisir mon bâton de pèlerin pour dérouler de nouveau les propositions qui me sont chères (cf. l'essai référencé plus haut; saine lecture de vacances …). Je regarde, navré, les dégâts.

 PLEURS     

                                                                               Rêveduprof