Devoirs Faits

Un test, lundi dernier …. Le contexte : un collège parisien ''moyen''. Une dizaine d'élèves bénéficient (?) des ''Devoirs faits'' de JM Blanquer. Volontaires en réalité désignés par leurs parents (ou peut-être un professeur), ils viennent souvent ''à reculons'' et il n'est pas évident d'obtenir leur ardeur ''apprenante''. Un petit groupe de quatre révise une leçon de chimie en sixième. Un de leurs cahiers sert de référence.

Coup d’œil d'ensemble : il est bien tenu, des fiches polycopiées de cours y sont soigneusement collées, l'écriture est lisible.

Puis, observation d'environ 25 lignes non continues d'énoncés dictés et de commentaires de schémas.

On risque une remarque sur l'orthographe.

Réponse du propriétaire du cahier: "C'est pas grave…"

Relevé                                            >>>                                          Attendu

a                                                                                                      à

se mélanges                                                                                    se mélangent

si on laissé                                                                                      si on laissait

il dessent                                                                                         il descend

il es                                                                                                  il est

shéma                                                                                              schéma

prope                                                                                               propre

représanté                                                                                        représenté

cristalisoir                                                                                        cristallisoir

eau pétiente                                                                                     eau pétillante

on mais                                                                                            on met

entonoire                                                                                          entonnoir

filte                                                                                                   filtre

disout                                                                                                dissout

 Dès qu'on travaille à côté d'un élève et avec son cahier, on est confronté à ce type de problème. Avec une difficulté annexe : convaincre l'élève en question qu'il faut en profiter pour faire les corrections nécessaires n'est pas gagné. L'argument opposé est le plus souvent celui-ci : Mais c'est pas grave, on comprend quand même

Le "C'est pas grave" est de fait également l'argument massue opposé aussi bien aux remarques sur la méconnaissance des tables de multiplication que relatives aux taches d'encre ou aux barbouillis divers et croquis inopportuns qui signent dans les marges le niveau d'attention de "l'apprenant" (sic) et son souci de sa … tâche!

Plus rien n'est-il donc grave et tout est-il désormais relatif?

Je suis monté sur l'estrade pour la première fois à la rentrée 1966. Il y avait évidemment des difficultés pédagogiques et la question ne relève pas d'un ratiocinant "C'était mieux avant", mais bien plutôt de ce constat attristant que nous n'avons pas su renouveler en 1968 - et je n'ai cessé depuis de le déplorer - le dialogue professeur-élèves (il était nécessaire de l'actualiser) dans le sens d'une meilleure transmission à tous des éléments de base de la maîtrise de la langue française et des procédés de calcul, de la valeur du travail bien fait, dans le sens de l'ouverture à la tolérance par l'intelligence, dans le sens du respect de soi par le respect des autres et de l'intérêt général, etc.

Beaucoup de choses ne cessent d'être, depuis des années, à repenser. C'est à la fois à la portée de chacun et semble-t-il … hors de portée du système. Chaque enseignant voit les affaissements, s'en plaint avec ses collègues en salle des professeurs, et continue. Mais au-delà de sa responsabilité, je crois beaucoup que c'est celle des chefs d'établissement qui est engagée. Ils devraient être le moteur résolu du ressaisissement, convaincre et entraîner leurs équipes vers la définition et l'application d'une politique locale, une politique d'établissement, dans le domaine de la transmission des valeurs et des connaissances qui rende homogène et efficace le geste enseignant, convergents et réalistes leurs gestes enseignants individuels. Je ne le sens pas.

Les ministres, de leur côté, se succèdent sans comprendre le problème, et donc sans travailler à sa solution, et JM Blanquer n'échappe pas à la règle. Comme ses prédécesseurs, il se répand en propos divers, évoque l'importance de la lecture et du calcul mental, pointe les dangers du portable et des écrans en général, commande des rapports (Villani pour les mathématiques, Mathiot pour le baccalauréat), et en fin de compte, ne résout et ne résoudra rien.

En fin de semaine dernière, l'interdiction des portables à la rentrée 2018 était à l'ordre du jour. Il est absurde de porter cela au niveau national. C'est l'affaire du règlement intérieur de chaque établissement, c'est une affaire de politique d'établissement.

D'autant que le ministre fait rire – sur France-inter, vendredi matin - avec l'évocation dérogatoire d'un usage pédagogique du smartphone, qui lèverait ponctuellement l'interdiction. Ce sont des pitreries.

JM Blanquer était là pour faire la promotion de son livre : Construisons ensemble l'Ecole de la confiance, qui vient de paraître chez Odile Jacob.

Nicolas Demorand, qui l'interrogeait vers 8.30, a souligné qu'après lecture, il avait du mal à voir se dégager de l'ouvrage une philosophie d'ensemble, un dessein clair. J'essaierai de feuilleter le livre, mais c'est assez mon a priori.

J'aurais aimé par ailleurs que le même Demorand pose au ministre une question subsidiaire : La vente de cet ouvrage est-elle productrice de droits d'auteur ? Ecrit par le ministre en exercice pour défendre son action et, il l'a dit, pour aider les enseignants et les parents d'élèves, ce livre n'est qu'une facette du travail ministériel pour lequel JM Blanquer reçoit un traitement. Il n'est donc pas déontologiquement envisageable qu'il touche des royalties. L'affaire serait différente s'il écrivait, sur son temps de loisir, un polar ou un récit de voyage. Mais là, il décide de donner un éclairage supplémentaire à sa tâche, sans doute pour en accroître l'efficacité. Il est dans son rôle, et on peut le féliciter de redoubler de zèle, mais il n'a pas en tirer un quelconque avantage pécuniaire.

Je m'emballe, sans doute.

Les droits d'auteur seront, bien entendu, versés au budget du ministère ...

                         

JM Blanquer, aujourd'hui