Je me promenais ce week-end dans le jardin de ma maison de campagne ……

                          Gorille des plaines

...... en songeant encore et toujours à la réforme du Collège.

Europe 1, Le Monde et i.télé avaient organisé jeudi dernier un débat. Bruno Le Maire versus Najat Vallaud Belkacem. Une petite heure criarde, inutile, regrettable. Les débatteurs ont simplement relevé le challenge de parler simultanément leurs langues de bois respectives, créant ainsi une cacophonie continue au sein de laquelle la voix de Jean-Pierre Elkabach énonçait des demandes inefficaces ou prétendait formuler des bilans d'étape parfaitement erronés, entre deux raccourcis phatiques (c'est-à-dire relevant du "parler pour ne rien dire").

Affligeant.

                                      Gorille des p^laines II

Mon épouse, à qui je m'en ouvrais, partageait cet avis. Elle avait trouvé Najat Vallaud-Belkacem bien mignonne, mais parfaitement insupportable, dans son obstination imperturbable et ses petits airs, et Bruno Le Maire plutôt joli garçon malgré une certaine raideur et finalement une sorte de retenue trop lisse quand la gamine, en face, ne méritait que deux claques.

Le fond?

La réforme a été préparée par des technocrates qui ont mal digéré, pour cause d'incompétence éducative, coupés de toute expérience du terrain, les quelques remontées dont ils n'ont pas su faire leur miel. S'ajoute à cela la terreur politicienne du changement brutal qui impose, fût-ce dans la bonne direction, le petit pas, et chez les enseignants, l'incompréhension résolue de la nécessité d'une révolution des structures passant par la destruction raisonnée du système qui les a conduits où ils sont (et où souvent ils se mordent les doigts d'être).

Gorille

Une inquiétude étonnée habite leur regard dès qu'on s'efforce de déployer devant eux ce qui est à mon sens la seule voie efficace qui s'offre, dont je parle aussi itérativement que vainement et qui prône la réinstallation des cursus de la scolarité obligatoire autour de deux axes distincts et parallèles.

L'un concerne l'atomisation d'un champ étendu de savoirs théoriques et pratiques en micro-modules. Un sous-ensemble très restreint de ces modules définit l'exigence d'acquisition minimum de l'obligation scolaire. Ce sous-ensemble est bien cerné et les unités de valeur correspondantes (un micro-module = une unité de valeur) sont à acquérir par tous – sauf cas pathologiques .  Au besoin au forceps. Un micro-module peut être répété ad libitum (autant de fois que souhaité/nécessaire) jusqu'à obtention de l'u.v. associée.

On ne trouve, dans le groupe des "apprenants" d'un micro-module que des enfants/élèves de même niveau de connaissances et d'acquis antérieurs dans le domaine étroit dudit micro-module. L'âge n'intervient pas.

Au-delà du socle constitué par l'aire restreinte de l'exigence d'acquisition minimum de l'obligation scolaire, le parcours des élèves parmi l'ensemble des micro-modules, emboîtables pour constituer des compétences et acquis maximaux ouverts aux excellences individuelles, s'effectue de façon optionnelle au long de leur scolarité. L'option porte sur le choix des modules. Par contre, afin de garantir chez tous un effort réel et continu d'apprentissages scolaires, un quota est défini, instituant le volume plancher de cet effort. Il n'y a bien entendu pas d'autre plafond que les limitations personnelles.

On notera, du strict point de vue des micro-modules, que le concept de division (CM2, ou 5ième etc …) a disparu. La scolarité obligatoire (7ans - 16 ans) est ici un tout, au sein duquel on progresse en fonction seulement de ses acquis. Ainsi l’ensemble des acquis minimum de l’obligation scolaire pourra être validé ( u.v. nécessaires) dès 10 ans pour tel élève, seulement à 14 ans pour tel autre, voire à 16.

Parallèlement et dans le cadre des micro-modules optionnels (dont on rappelle qu’ils représenteront obligatoirement, pour chacun, un quota d’investissement scolaire quantitativement supérieur ou égal à un plancher donné valable pour tous), l’élève construira le profil d’excellence qui lui permettra, à la fin de la scolarité obligatoire, de s’insérer au mieux de ses possibilités et de ses goûts dans la vie active ou une poursuite d’études.

Les organismes et institutions d’accueil pourront définir des critères de sélection via les profils répondant à leurs attentes qu’ils décriront en termes de familles d’unités de valeur. Dûment informés, les élèves pourront alors durant leur scolarité obligatoire tenir compte de ces critères pour orienter, parfois en termes de compromis avec leur tendance première, leur propre effort optionnel.

Un diplôme de fin d’études est simplement délivré au vu de la possession effective (au taux de 100% des élèves, les cas pathologiques étant par définition négligeables) de l’ensemble des u.v. obligatoires associé aux acquis minimum de la scolarité obligatoire.

Voilà pour le premier axe.

Il y en a un second.

Dans l’apprentissage global du vivre ensemble, concomitamment au développement personnel, nombre de questions s'ouvrent. Accès  à la citoyenneté dans et à travers l'installation de la notion d’intérêt général - Exigences, contraintes et succès du travail en commun - Efficacité collective d’une convergence de talents et de compétences hétérogènes en vue de la réalisation d’un but commun - Mise en pratique effective au sein comme au service d’un groupe et pour y apporter, fût-elle modeste, sa pierre, de son potentiel personnel - Enrichissement individuel auquel peut  conduire à tous niveaux l’effort partagé - Ecoute, observation, ouverture à l’autre et à ses connaissances – Etc.  On est nécessairement  renvoyé à une redéfinition de la gestion éducative des classes d’âge.

Ici, des groupes d’élèves homogènes en âge, aussi diversifiés soient-il  en termes de profils, de goûts, d’origines, de talents et d’acquis, sont à former, maintenant de fait les divisions théoriques usuelles, du CP à la 3ième , de notre système d’enseignement, certainement  à renommer dans la perspective nouvelle. Ces groupes seront, sur la moitié de l’horaire d’enseignement (l’autre moitié est consacrée à l’effort individualisé des micro-modules de l’axe précédent), confiés pour la durée de l'année scolaire à un binôme de professeurs référents chargé d’en gérer l’activité, d’en définir, d'en orienter et d'en guider le fonctionnement collectif. Ces professeurs référents seront polyvalents, en respectant pour chacun une dominante, sciences pour l’un, humanités pour l’autre.

 

     Chimp-coléreux    Chimp intéressé

                                     Chimp-étonné

Arrivé là, les réactions des jeunes collègues, lorsqu’on leur présente l’affaire, sont évidemment assez variées. Du rigolard narquois vaguement colérique au dubitatif  (Euh …) en passant par l’intéressé attentif , la palette est large.

Et les demandes de précisions nombreuses!

Il est assez clair que si les micro-modules ne réclament rien de bien nouveau en termes pédagogiques (enseignant monovalent, spécialiste de la discipline, et petit groupe d’élèves, de l’ordre de la vingtaine), les professeurs référents-polyvalents du second axe de formation doivent s’inscrire (profils, recrutement et missions) à l’intérieur d’une réflexion qui reste à approfondir. Les premiers éléments sont ICI (http://www.thebookedition.com/scolarite-obligatoire-auguste-sejan-p-102795.html) .

On soulignera également que, comme la recette du picon-citron-curaçao chez Pagnol (Marius) : …

Tu mets d'abord un tiers de curaçao. Fais attention : un tout petit tiers. Bon. Maintenant, un tiers de citron. Un peu plus gros. Bon. Ensuite, un BON tiers de Picon. Regarde la couleur. Regarde comme c'est joli. Et à la fin, un grand tiers d'eau. 

… comme cette recette, donc, l’arithmétique (pédagogique) élémentaire que je suggère, outre les deux mi-temps scolaires que j’ai indiqués, en exige encore un troisième, consacré au soutien actif de l’élève dans son effort individuel . Et il semble naturel que ce soutien soit inscrit dans les missions des deux professeurs référents de sa classe. Avec derechef un schéma d’opérationnalisation à détailler, ébauché dans l’essai ci-dessus indiqué.

 

Chimpanzé Eh,Eh

 

Tout cela vous fait rire? Inapplicables élucubrations? Je n’ai rien contre la moquerie, mais il s’agit ici de choses sérieuses et je crois que les pseudo-réformettes avec lesquelles nous ennuient les ministres successifs  ont suffisamment fait la preuve de leur inefficacité. Je l’ai dit, une politique des petits pas , c’est de fait, à l’EN, un piétinement! Il faut réellement s’asseoir, se poser, et réfléchir pour de bon à tout ça ….

 

 

Gorille GORILLE

… et puis trancher, nettement.

Une sorte de franche révolution!