On peut essayer de lire les épreuves du DNB (Diplôme National du Brevet), ci-devant Brevet des Collèges, en les considérant comme un effort de détermination du niveau d’acquisition de ce Socle commun fuyant, imprécis et néanmoins souhaité qui serait censé donner à la scolarité obligatoire son sens officiel.

Trois épreuves phares : Mathématiques, Histoire-Géographie-Instruction civique et Français. Ces épreuves sont (chacune) notées sur 40 points, dont 4 (chaque fois, soit 10%) sont réservés au contrôle de la «maîtrise de la langue française». Ces 40 points viennent s’ajouter aux 60 points du contrôle continu mis en place dans le cadre de la dernière année du collège.

40 contre 60, le poids est minoritaire, mais un examen est un examen et l’attention portée par les professeurs et les corps d’inspection à l’élaboration des sujets du DNB autorise à considérer celui-ci comme le témoin fiable d’une conception réfléchie des contenus d’enseignement de base et de ce qu’il doit en rester à la fin du premier niveau complet (et éventuellement terminal) de la formation générale initiale.

Je voudrais réfléchir un peu ici à partir du cru 2014.

MATHEMATIQUES.    Il y avait 7 exercices à chercher.

Exercice 1 : Un octogone régulier dont on fournissait le modèle devait être construit/inscrit (sans justification) dans un cercle de rayon 3. On notait O son centre et dans l'orde alphabétique A,B,C,...,H ses sommets consécutifs. Il fallait ensuite démontrer que le triangle DAH était rectangle et calculer la mesure de l’angle BÊH

Commentaire: On attendait sans doute une simple construction au rapporteur à partir de la remarque : tous angles au centre de type AÔB identiquement de mesure en degrés 360/8=45. Le "sans justification" ne me semble pas … justifié. Il convient de fournir une démarche (un algorithme de construction). Il s’agissait ensuite de se référer à la caractérisation du triangle rectangle comme «inscrit dans un demi-cercle» pour DAH, et au théorème de l’angle inscrit comme «moitié» de l’angle au centre correspondant pour BÊH.

Exercice 2 : Léa a besoin de nouveaux cahiers. Pour les acheter au meilleur prix, elle étudie les offres promotionnelles de trois magasins. Dans ces trois magasins, le modèle de cahier dont elle a besoin a le même prix avant promotion.

Magasin A: Cahier à l’unité ou lot de 3 cahiers pour le prix de 2.

Magasin B: Pour un cahier acheté, le deuxième à moitié prix.

Magasin C: 30 % de réduction sur chaque cahier acheté.

1) Expliquer pourquoi le magasin C est plus intéressant si elle n’achète qu’un cahier.

2) Quel magasin doit-elle choisir si elle veut acheter : a) deux cahiers ? b) trois cahiers ?

3) La carte de fidélité du magasin C permet d’obtenir 10 % de réduction sur le ticket de caisse, y compris sur les articles ayant déjà bénéficié d’une première réduction. Léa possède cette carte de fidélité, elle l’utilise pour acheter un cahier. Quel pourcentage de réduction totale va-t-elle obtenir ?

Commentaire : Plutôt intéressant et «en situation». Teste la capacité d’analyse du texte et la manipulation élémentaire des pourcentages. Oblige aussi le candidat à matérialiser (je pose x = …) le prix (commun aux trois magasins) du cahier avant promotion. C’est un petit effort d’abstraction et de formalisation dont il est important de posséder le mécanisme.Et la maîtrise demandée du cumul des pourcentages (question 3.) est tout à fait importante.

Exercice 3: On donne le programme de calcul suivant construisant un nombre à partir d’un autre (en fait, on fournissait un schéma de type organigramme): Choisir un nombre de départ - D’une part lui soustraire 6, d’autre part lui soustraire 2 - Multiplier les deux résultats pour obtenir le résultat (le nombre cherché).

1) Montrer que si on choisit 8 comme nombre de départ, le programme donne 12 comme résultat.

2) Pour chacune des affirmations suivantes, indiquer si elle est vraie ou fausse. On rappelle que les réponses doivent être justifiées.

Proposition 1 : Le programme peut donner un résultat négatif.

Proposition 2 : Si on choisit 12 comme nombre de départ, le programme donne 33/4 comme résultat.

Proposition 3 : Le programme donne 0 comme résultat pour exactement deux nombres.

Proposition 4 : La fonction qui, au nombre choisi au départ, associe le résultat du programme est une fonction linéaire.

Commentaire: Bien entendu, à partir de x, nombre choisi, on construit y=(x-6)(x-2) comme résultat. Un tableau élémentaire de signes souligne que y est nul pour x=2 et x=6, positif pour x6, négatif pour 2<x2-8x+12.

Toutefois, le candidat pouvait « a minima » se contenter d’un exemple pour la proposition 1 (x=4 fournit comme résultat y=-4), réfléchir « à la main » pour les propositions 2 et 3 (calcul explicite pour 2; pour 3, soulignement de la règle: « pour qu’un produit soit nul, il faut et il suffit que l’un de ses termes le soit », ce qui au niveau du résultat exige de partir ou de 2 ou de 6), et contrôler que puisque la fonction ne fournit pas 0 quand on part de 0, elle ne saurait être linéaire (ou bien contrôler par exemple que l’image de 4 n’est pas le double de l’image de 2). Je rappelle qu’une fonction linéaire multiplie le nombre de départ par un coefficient fixe. Elle est du type (à k fixé) y=kx.

FCF

 

Exercice 5Dans le questionnaire à choix multiple qui suit, pour chaque question, des réponses sont proposées, et une seule est exacte. Pour chacune des questions, écrire le numéro de la question et recopier la bonne réponse.

Q.Quand on double le rayon d’une boule, son volume est multiplié par : a)2 b) 4 c) 6 d) 8

Q.2 Une vitesse égale à 36 km.h-1correspond à : a) 10 m.s-1 b) 60 m.s-1 c) 100 m.s-1 d) 360 m.s-1

Q.3 Quand on divise Rac(525) [Rac=racine carrée] par 5, on obtient : a)21Rac(5)  b) 5Rac(21)  c)Rac(21)  d) Rac(105)

Q.4 On donne : 1To (téraoctet) = 1012 octets et 1 Go (gigaoctet) = 109 octets. On partage un disque dur de 1,5 To en dossiers de 60 Go chacun. Le nombre de dossiers obtenus est égal à : a)25  b) 1 000  c) 4.1022  d) 2,5.1019

Commentaire: rien à signaler (si, il faut demander des justifications alors qu'on précisait qu'aucune n'était attendue!). Le niveau requis semble à la fois modeste et strictement exigible en termes de connaissances minima. La pratique des exposants devient maintenant nécessaire. Et il est indispensable de comprendre que les surfaces progressent comme le carré des longueurs, et les volumes comme leur cube.

FCF

FCF

Voilà une épreuve de brevet … qui m’a bien plu. Elle ne prétend pas s’inscrire dans une préparation à l’enseignement qui sera donné au lycée et elle exige néanmoins des connaissances qui me semblent tout à fait satisfaisantes. Mais en même temps, il faut en exiger la solution complète. Il ne s’agit pas là de se contenter d’une note «à peu près». Le candidat manifestant des acquis de socle commun doit avoir une note supérieure ou égale à 30/40 … sous réserve de lui laisser un temps plus confortable que les deux heures prévues. Il me semble que pour exiger ce minimum de 30/40, assorti d’une rédaction soignée, il faudrait donner plutôt deux heures trente, et exiger partout des justifications (je suis en désaccord avec la porte ouverte au gain de points «au hasard»).

HISTOIRE-GEOGRAPHIE-INSTRUCTION CIVIQUE

Pour relire les sujets du DNB dans la perspective du socle commun, il vaut au fond certainement mieux n’être pas spécialiste. Me voici donc d’autant plus à l’aise pour me pencher sur l’ H-G-Ic ! Voyons un peu ça ...

A - HISTOIRE .

1. À quel siècle a vécu Périclès ? Pourquoi est-il célèbre ?

Première question de l’épreuve d’Histoire. Voici donc Périclès et son siècle dans le socle? On touche là immédiatement aux contours à débattre d’une culture générale commune. Le V° siècle avant JC et Périclès son homme phare? Incontournable? Sans doute, tout ou presque y est de ce fond que ma génération a appris et idéalisé, Marathon, Salamine, les Thermopyles, Eschyle, Sophocle, Euripide, le Parthénon, Phidias …La question n’en demandait pas tant, sans doute. Savoir dire qu’il s’agissait du V° siècle sûrement, mais concernant Périclès? Grand stratège, homme politique, initiateur du Parthénon, naviguant avec talent entre les guerres Médiques et la guerre du Péloponnèse, victime en 429 de la grande peste d’Athènes, héros de l’apogée athénien, on nous a fait réciter cela. Mais l’adolescent d’aujourd’hui? Plus modestement, peut-être est-il néanmoins souhaitable, oui, de savoir et de retenir que l’âge d’or athénien s’est situé là et que Périclès en a été, pour les siècles suivants, la figure emblématique.

2. Choisissez un événement de la Révolution française. Datez-le.

Deuxième question. Un peu étonnante. Quel candidat va répondre autre chose que le 14 juillet 1789 et la «Prise de la Bastille»? Un original qui hésitera entre «Le serment du Jeu de Paume» (20 juin 1789), la nuit du 4 août (1789; abolition des privilèges), l’exécution de Louis XVI (21 janvier 1793) ou … ? J’en doute. Mais peut-être faut-il s’assurer malgré tout de la présence du 14 juillet 89 dans le socle?

3. Dans un développement construit, racontez à partir de l’exemple de décolonisation étudié en classe la manière dont une colonie devient un État indépendant.

On concédait au candidat une vingtaine de lignes. On a là le sujet-type valable de la sixième à l’agrégation. Bon, qu’attend-on, à ce niveau-ci? Le lecteur adulte qui ne sait ce qui a été traité en classe, selon son âge, pensera essentiellement français et il y aura hésitation entre Tunisie, Maroc, Algérie et Indochine. L’Afrique noire, me semble-t-il a moins marqué. Et c’est sans doute l’Algérie qui sortira du chapeau. Mais pour développer quoi, en vingt lignes? Peut-être, pour le candidat actuel, des souvenirs entendus autour de la table familiale, des massacres de Sétif en 1945 au scandaleux abandon des harkis en 1962 ? On demandait, ici, de «raconter» un cas particulier. Il vaudrait peut-être mieux un vernis général, même superficiel, sur le phénomène colonisation-décolonisation avec une bonne amplitude historique et un peu de recul tranquille par rapport à l’assez récente polémique sur «les bienfaits de la colonisation».Terrain glissant.

Il s’agissait ensuite de "Travail(ler) sur un document". Carte postale : Congrès de la Paix, Versailles, 28 juin 1919. «Délégation des mutilés français».Et sous cet intitulé, la photographie de cinq gueules cassées.

QUESTIONS :

1. Indiquez à quelle occasion (date et lieu) cette photographie a été prise.

2. Nommez la guerre qu’illustre cette image. Datez-la.

3. Que représente cette carte postale ?

4. À l’aide du document et de vos connaissances, expliquez en quoi le document est représentatif de la violence des combats.

On est là assez significativement face à un questionnement de type «Cheval blanc d’Henri IV». Il était prévisible, l’année centenaire du déclenchement de la Guerre de 14-18, que le sujet soit abordé. Avec une forme de convergence : l’épreuve anticipée de français du baccalauréat (cf. billet précédent) avait entre autres retenu un texte de Marc Dugain sur les gueules cassées. Mais la «question 4» me surprend. Car ces gueules cassées de la carte postale, témoignent-elles de la violence des combats ou des approximations d’une chirurgie reconstructrice qui ne disposait pas des facilités techniques d’aujourd’hui et parait au plus pressé? On disposait d’une douzaine de lignes pour s’exprimer là-dessus.

Voilà pour l’histoire. Dans ce survol «socle commun » de 25 siècles, on peut regretter l’absence de la Renaissance et du XX° siècle post premier conflit mondial (c’est vrai, la décolonisation est là …) . Peut-être d’ailleurs, s’il eût fallu choisir, la Renaissance eût-elle pu remplacer l’âge d’or athénien? Peut-être eût-on pu privilégier un survol moderne plus «court»: 1515-2015? Ah! Marignan …

B. GEOGRAPHIE .

1. Repères : On fournissait une carte du monde où figuraient une douzaine de métropoles mondiales et trois zones dites principaux foyers de peuplement, l'Europe, l'Inde et un secteur hybride incluant l'est de la Chine, le Japon et le Vietnam. On demandait :

Localisez et nommez sur la carte, en vous aidant de la légende :

* deux des principaux foyers de peuplement

* quatre grandes métropoles mondiales au choix

* deux Etats parmi les cinq les plus peuplés du monde

Je suppose que l’Europe et l’Inde auront été les foyers de peuplement plébiscités, l’Inde et la Chine de même pour les états les plus peuplés. Les métropoles mondiales «au choix» posent un problème. On avait désigné mais anonymé  sur la carte : New-York, Mexico, Rio de Janeiro, Londres, Paris, New Dehli, Bombay, Bangkok, Djakarta, Séoul, Tokyo et Manille. Il est clair qu’à n’en demander que quatre, on n’échappera pas à quatre des cinq premières citées! Les autres, probablement non identifiées par la quasi-totalité des candidats n’étaient là que «pour faire bien». Ce n’est pas de bonne pédagogie évaluative! Et on n’évalue rien, sauf à estimer suffisant de connaître justement quatre de ces cinq-là. Avec la Coupe du Monde de football en vue, Rio ne pouvait rester dans l’ombre et la ville de Mexico a dû être absente des copies, rejoignant dans le flou les métropoles orientales de la carte.

Il y avait comme une petite question subsidiaire :

Donnez deux exemples illustrant le rayonnement de Paris (dix lignes pour en traiter). Les Champs-Elysées et la Tour Eiffel, références mondiales, vainqueurs? Probablement. Mais dix lignes? Autre chose, alors? Quoi? Paris mère des arts? Le Louvre qui se transporte à Lens comme à Abu-Dhabi? Le Centre Pompidou (Beaubourg), la Haute Couture et les Parfums? Les musées, les expos, l’Opéra, la maison de Molière? Ah! Molière … Ce sont les dix lignes qui m’inquiètent. Le socle n’a pas vocation à être très bavard …

2. Travail sur Document, ensuiteLes mobilités de la population en France métropolitaine. Avec ce texte d'accompagnement: "Le solde migratoire* est négatif pour le Nord, la Picardie, la Champagne-Ardenne, la Lorraine, une partie du Massif Central, lest, le sud et louest du Bassin parisien, mais aussi pour lIle-de-France. LIle-de-France apparaît comme un cas à part. En moyenne, il y a 105 000 arrivées pour 178 000 départs, chaque année depuis 2001. Les jeunes adultes (étudiants, jeunes actifs) composent le principal flux darrivants. Les couples, les retraités et les moins qualifiés sont ceux qui partent le plus. Une minorité sinstalle à proximité de lIle-de-France pour des raisons de coût et de conditions de vie. La majorité des départs (75%) s effectue vers des régions non limitrophes : Provence-Alpes-Côte dAzur, Rhône-Alpes, Bretagne, Pays de la Loire, Aquitaine, Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon. La recherche dun cadre de vie plus agréable est essentielle. (...) Globalement, la redistribution profite surtout aux Midis. Le solde est positif pour lensemble des régions du Sud, mais aussi pour le littoral de lAtlantique et lAlsace.

* Solde migratoire : différence entre les arrivées et les départs de population dans un espace.

Source : Daprès Vincent Adoumié, Géographie de la France, Hachette, 2011."

Et avec ces questions :

1. Donnez deux noms de région de départ et deux noms de région d’arrivée

2. Identifiez la catégorie de population attirée par l’Ile-de-France et une catégorie de population qui la quitte.

3. Tâche cartographique

À l’aide du texte et de vos connaissances, complétez la carte suivante: A- Complétez la légende / B- Complétez un flux migratoire important sur la carte.

4. À l’aide du document et de vos connaissances, citez deux raisons qui expliquent l’attractivité de certaines régions.

FCF

C. INSTRUCTION CIVIQUE .

Petit balayage préalable :

1. Nommez deux valeurs et deux symboles de la République française.

On aura certainement eu au choix, deux des trois termes Liberté, Egalité, Fraternité avec le drapeau bleu, blanc, rouge et la Marseillaise. Et je pense que c’est-ce qui était souhaité.

2. Définissez le principe de laïcité et donnez un exemple de son application en France.

Plus difficile. Séparation de l’Eglise et de l’Etat. Loi de 1905. Respect des religions dans la distance - tolérante, objective et commune - à chacune. Sécularisation de la société. Les réponses auront sans doute tourné autour, avec tantôt l’exemple de l’école publique, laïque et obligatoire, peut-être l’état-civil, et le mariage, sortis de la zone d’action de l’Eglise , peut-être, qui sait, une allusion à la loi sur le voile et à l’interdiction des signes religieux ostentatoires dans l’espace public. Terrain un peu glissant mais sur lequel il est important de s’aventurer.

3. Quelle liberté reconnue par la République française permet de garantir la liberté des médias ?

Renvoi à la liberté d’expression. Soit. Bien.

Et pour finir, un dernier travail sur (ce) document:

*** Les missions de la Défense nationale

François Hollande, Président de la République, extrait de la préface du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale, 2013

« Au lendemain de mon élection, jai demandé quun nouveau Livre blanc(1) sur la défense et la sécurité nationale soit établi. [] Les menaces identifiées en 2008 terrorisme, cybermenace(2) , prolifération nucléaire, pandémie(3) - se sont amplifiées. Par son économie, par ses idées, par sa langue, par ses capacités diplomatiques et militaires, par la place quelle occupe au Conseil de sécurité des Nations unies, la France est engagée sur la scène internationale, conformément à ses intérêts et ses valeurs. Elle agit en concertation étroite avec ses partenaires européens comme avec ses alliés, mais garde une capacité d initiative propre.Le Livre blanc met laccent sur les trois priorités de notre stratégie de défense : la protection, la dissuasion, lintervention. Elles se renforcent mutuellement. Cette mission nest pas seulement laffaire de lÉtat. Cest aussi celle pour partie des collectivités locales et, sur le plan de la protection de leurs intérêts, celle des entreprises. La défense de la France a maintenant besoin, pour se réaliser, de lengagement de tous.»

(1) Le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale présente la stratégie de défense de la France pour les prochaines années

(2) cybermenace : menaces des intérêts de lEtat, faites par le biais dInternet

(3) pandémie : épidémie mondiale

QUESTIONS :

1. Quel pouvoir inscrit dans la Constitution permet au Président de la République de commander un nouveau Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale ?

2. Relevez deux menaces citées dans le texte.

3. À l’aide du texte, citez une organisation internationale à laquelle la France participe.

4. Le Livre blanc indique les trois priorités de la Défense française : «la protection, la dissuasion, l’intervention ». Choisissez-en une et illustrez-la avec un exemple.

On veut sans doute obtenir que le Président de la République soit donné comme chef des armées et responsable de la sécurité du territoire. Entre terrorisme, pandémie, prolifération nucléaire et cybermenace, il n’y avait qu’à en choisir deux. Le Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies (O.N.U) était bien indiqué dans le texte. Et on avait six lignes pour développer un peu à partir de «protection, dissuasion ou intervention».

Ma foi, les ados friands de films de guerre pourront avoir choisi l’intervention et se souvenir de La légion saute sur Kolwezi, le film de Raoul Coutard, d’après le roman de Pierre Sergent, sorti en 1980, relatant les opérations aéroportées de Kolwezi de 1978, nom de code Bonite, menées par le 2ième REP de la Légion étrangère, avec l’appui des troupes belges et zaïroises, pour délivrer des otages européens retenus par des rebelles katangais. Il est vrai que pour eux, c’est la préhistoire, et que Batman n’était même pas de la partie … seulement Bruno Cremer. Bof, un petit bras … n’est-ce pas? Plus actuel, les opérations au Mali, peut-être, et l'opération Serval, encore en cours au moment de l'examen?

BILAN H-G-Ic?

Que va-t-on dire? Pas si mal? On a peut prétendre avoir abordé l’antiquité grecque, la révolution française, la décolonisation, le premier conflit mondial; les questions de population à l’échelle mondiale, locale, avec appui sur la cartographie; les valeurs et symboles de la République , la laïcité, la liberté d’expression, la défense nationale . Oui, pas si mal? Restent les modalités, le côté «cheval blanc d’Henri IV», le peu de profondeur, la poudre aux yeux (voir les douze métropoles dont quatre ou cinq évidentes … avec demande d’en reconnaître quatre!), mais enfin, la critique est aisée … L’un dans l’autre, l’esprit «socle» est respecté, il me semble. C’est moins amusant que l’épreuve de mathématiques, mais bon …

FRANCAIS  (Je reproduis d’abord l'ensemble du sujet …)

************** 

- Questions sur un texte (15 points) et réécriture (4 points) 1 h 10

- Dictée (6 points) 20 minutes

- Rédaction (15 points) 1h30

TEXTE FOURNI (Durant la deuxième guerre mondiale (1939-1945), Paul a été condamné à mort par les nazis. Cest sa dernière rencontre avec sa femme.)

 

PAUL

 Je sais que tu es brave, je sais que tu sauras vivre sans moi. Il faut que tu vives, toi.

 FRANÇOISE

 Je ne sais pas, Paul. (À part) Toute ma vie sengloutissait et je ne voulais pas lui montrer que javais mal, que la douleur qui me serrait devenait insupportable.

PAUL

 Si, je sais que tu es brave. Françoise, nous avons lutté de tout notre cœur. Je tombe avant de toucher au but, mais toi tu verras la victoire.

 FRANÇOISE

 (À part) Et moi je pensais : que mimporte la victoire sans toi. (À Paul) Ô Paul, nous navions jamais pensé que la victoire ce serait cela.

PAUL 

Si Françoise. Souviens-toi. Nous le disions.

FRANÇOISE

Ô Paul. Dire et savoir, quelle différence  

PAUL

Nous gagnons. Les nôtres se lèvent de tous côtés. Georges a réussi à avoir des nouvelles du dehors. Ils reculent partout.

FRANÇOISE

(À part) Cétait faux. Les prisons sont toujours pleines de fausses bonnes nouvelles. En mai 1942, vous savez où étaient les armées hitlériennes. Elles avançaient partout, elles atteignaient presque la Volga.

PAUL

Cest pourquoi ils se hâtent dabattre ceux quils tiennent. Mais ils ne nous auront pas tous. Des milliers se lèvent qui nous remplaceront et nous vengeront.

FRANÇOISE

Hélas Paul. Toi 

PAUL

Nous nous battons pour la liberté. Que tous les combattants ne soient pas au défilé, chacun le sait avant de sengager et aucun ne voudrait déserter parce quil risque de tomber avant la fin. Ce qui serait horrible, ce serait de mourir pour rien, de mourir sans avoir rien fait de sa vie. Nous avions choisi, toi et moi.

FRANÇOISE

Je navais pas choisi de te perdre, jamais. Javais toujours pensé que nous tomberions ensemble, si nous tombions.

PAUL

Chérie ! Tous les combattants ne sont pas frappés au même moment. Heureusement. Où serait la victoire si tous succombaient ? Tu vivras, toi. Oh ! que jen suis heureux.

FRANÇOISE

Paul.

PAUL

Chérie, sois forte comme tu las toujours été.

FRANÇOISE

Je le suis, Paul. Je le serai (Silence. Elle lui caresse les cheveux.)

Extrait de Charlotte DELBO, Une scène jouée dans la mémoire, 2001 (édition posthume).

QUESTIONS

1. « Nous avions choisi, toi et moi ». De quel choix Paul parle-t-il ?

2. Françoise partage-t-elle ce choix ? Justifiez votre réponse en vous appuyant sur le texte.

3. Comment lopposition entre les deux personnages apparaît-elle dans leurs répliques ? Vous justifierez votre réponse en vous appuyant précisément sur le texte.

4. Quels sont les arguments de Paul pour convaincre Françoise que leur combat en vaut la peine ?

5. «Javais toujours pensé que nous tomberions ensemble»

a) Quel sens donnez-vous ici au verbe tomber ?

b) Identifiez le temps de ce verbe et justifiez son emploi.

6. Selon vous, à qui Françoise sadresse-t-elle dans les apartés ?

7. Une scène jouée dans la mémoire: comment comprenez-vous ce titre à la lumière du texte ?

8. Si vous étiez metteur en scène, quels éléments de décor (lieu, éclairages, sons ) choisiriez-vous ? Développez votre réponse en justifiant vos propositions.

RÉÉCRITURE

Réécrivez ces deux phrases en remplaçant « tu » par la troisième personne du pluriel, au féminin. Vous ferez toutes les modifications nécessaires : « Je sais que tu es brave, je sais que tu sauras vivre sans moi. Il faut que tu vives, toi.».

DEUXIEME PARTIE - REDACTION

Vous traiterez au choix l un des deux sujets de rédaction suivants (lutilisation dun dictionnaire de langue française est autorisée). Votre texte fera au moins deux pages (soit une cinquantaine de lignes).

1. Sujet 1. Rédigez la dernière lettre de Paul à ses enfants.

2. Sujet 2. Daprès vous, lexpression artistique (littérature, théâtre, cinéma, musique, peinture, etc.) apporte-t-elle quelque chose à lévocation des événements du passé ?

A laide dexemples historiques et /ou personnels de votre choix, vous présenterez votre réflexion dans un développement argumenté et organisé.

DICTEE.

Joseph KESSEL, LArmée des ombres.1963

"Beaucoup parmi les gens de la résistance passent la plupart de leur temps dans les trains. On ne peut rien confier au téléphone, au télégraphe, aux lettres. Tout courrier doit être porté. Toute confidence, tout contact exigent un déplacement. Et il y a les distributions darmes, de journaux, de postes émetteurs, de matériel de sabotage. Ce qui explique la nécessité dune armée dagents de liaison qui tournent à travers la France comme des chevaux de manège. Ce qui explique aussi les coups terribles qui les atteignent. Lennemi sait aussi bien que nous lobligation où nous sommes de voyager sans cesse."

*******************************************

COMMENTAIRES?

Le texte de Charlotte Delbo m’a semblé très mauvais. Pesamment convenu, fort loin du vraisemblable échange d’un couple dans les conditions décrites. Les Ô Paul sonnent creux, et dans l’argumentation, on en reste au prêchi-prêcha. Le parcours personnel de Charlotte Delbo (1913-1985) force l’admiration (militante communiste, résistante, arrêtée en 1942 avec son mari; celui-ci fusillé, elle connaît la déportation à Auschwitz) , mais cette succession de répliques lénifiantes rend bien mal compte de la tragédie traversée et surmontée.

Peu à dire sur les questions. Pourquoi pas celles-là plutôt que d’autres.. Trouvant le texte décourageant, je manque forcément d’enthousiasme … La question 8, la demande de mise en scène? Ma foi, oui, cela peut permettre de juger de l’imaginaire et de l’imagination des candidats. On peut même proposer un lever de rideau sur une Françoise assise dans un fauteuil, Paul en voix off, se prenant la tête pour les premiers apartés, avec la lumière qui s’éteint progressivement et un texte assez vite joué dans le noir absolu. Evidemment (dernière didascalie), elle aura du mal à lui caresser les cheveux … Audacieux pour un candidat! 

Oui, j’ai des problèmes avec ce texte. Intérêt en termes de socle?

Par exemple, pour puiser dans ce que je viens de relire en ce début de juillet (Le voyage au bout de la nuit - Céline), j’aurais préféré ceci (c‘est dans les débuts du bouquin: souvenirs de la guerre de 14-18):

"Sans doute donnais-je […] l’impression d’un grand calme. Toujours est-il que j’inspirais tel que j’étais une paradoxale confiance à notre capitaine, Ortolan lui-même, qui résolut pour cette nuit-là de me confier une mission délicate. Il s’agissait, m’expliqua-t-il, en confidence, de me rendre au trot avant le jour à Noirceur-sur-la-Lys, ville de tisserands, située à quatorze kilomètres du village où nous étions campés. Je devais m’assurer dans la place même, de la présence de l’ennemi. A ce sujet, depuis le matin, les envoyés n’arrivaient qu’à se contredire. Le général des Entrayes en était impatient. A l’occasion de cette reconnaissance, on me permit de choisir un cheval parmi les moins purulents du peloton. Depuis longtemps, je n’avais pas été seul. Il me sembla du coup partir en voyage. Mais la délivrance était fictive. 

Dès que j’eus pris la route, à cause de la fatigue, je parvins mal à m’imaginer, quoi que je fisse, mon propre meurtre avec assez de précision et de détails. J’avançais d’arbre en arbre, dans un bruit de ferraille. Mon beau sabre à lui seul, pour le potin, valait un piano. Peut-être étais-je à plaindre, mais en tout cas, sûrement, j’étais grotesque.

A quoi pensait donc le général des Entrayes en m’expédiant ainsi dans ce silence, tout vêtu de cymbales? Pas à moi, bien assurément. 

Les Aztèques éventraient couramment, qu’on raconte, dans leurs temples du soleil, quatre-vingt-mille croyants par semaine, les offrant ainsi au Dieu des nuages, afin qu’il leur envoie la pluie. C’est des choses qu’on a du mal à croire avant d’aller en guerre. Mais quand on y est, tout s’explique, et les Aztèques et leur mépris du corps d’autrui, c’est le même que devait avoir pour mes humbles tripes notre général Céladon des Entrayes, plus haut nommé, devenu par l’effet des avancements une sorte de dieu précis, lui aussi, une sorte de petit soleil atrocement exigeant."

Quand même moins convenu et plus roboratif, non? Et combien riche en questions potentielles de tous ordres, forme et fond! Dérision célinienne contre bleu-blanc-rouge obligé? C’est peut-être dans la confrontation de ces deux approches que pourrait se situer une discussion formatrice. Mais je m’égare. On parle d’examen. Et pour le seul effort d’analyse de texte, Céline oui et Delbo, non.

La réécriture demandée au candidat était sans difficulté, et elle était vraiment «de socle»!

Concernant la rédaction, le Sujet 1 m’a semblé tout à fait «pousse-au-lacrymal», comme on dit «pousse-au-crime»! Il a néanmoins dû être majoritairement choisi car le sujet 2, plus proche d’une dissertation de lycée, nécessitait davantage d’aisance .La réponse était évidemment oui, dans ce Sujet 2, mais le problème est bien celui, pour un adolescent d’aujourd’hui, du corpus des références.

Pour revenir au Sujet 1, pas mal d’élèves ont peut-être gardé souvenir - même s’ils ne l’ont pas vécu au collège, c’était sauf erreur en 2007 ou 2008 - de la lecture obligée en classe de la dernière lettre de Guy Môquet qui, à fronts renversés (il écrivait à ses parents), était dans le thème. Les auteurs de l’épreuve ont dû y penser.

Si le texte retenu avait été celui de Céline, j’aurais bien vu comme sujet de rédaction possible : «Dans l’extrait du Voyage au bout de la nuit ci-dessus, la figure du narrateur s’apparente à la figure d’un anti-héros. Pouvez-vous préciser les termes suivants, dire et développer ce qu’ils évoquent pour vous: héroïsme, héros, anti-héros?». Aurait-on échappé aux super-héros?

En termes de difficultés orthographiques, rien à dire sur la dictée, normale et correcte.

UNE CONCLUSION GLOBALE?

Pas grand-chose. J’ai déjà donné, éparpillé, mon avis. Je vais me contenter de redire ce que j’ai déjà dit, commentant l’épreuve anticipée de français au baccalauréat: voilà - ces études de sujets - qui devrait trouver place dans les journées de pré-rentrée des lycées et collèges. DNB et Epreuves du Baccalauréat. Présentation, discussion (approfondie) des sujets de façon polyvalente, avec vulgarisation à la charge des spécialistes vers les non-spécialistes pour un échange sérieux sur les buts de l’enseignement délivré et les méthodologies idoines. Socle commun en fin de scolarité obligatoire, culture générale de fin d’études au lycée, quel bagage emporter… pour la suite?